CONAKRY-EXPRESS : l’horizon toujours sombre

Les usagers du train de transport urbain, Conakry-Express, devront encore prendre leur mal en patience. Parce que si les autorités semblent vouloir relancer sa circulation, bien d’impératifs ne sont pas encore réglés.

C’est à la faveur du passage, ce matin, du ministre des transports à l’Assemblée nationale, dans le cadre de la session budgétaire que l’on a glané quelques informations au sujet du train dont l’arrêt décuple les problèmes de circulation dans la capitale guinéenne. En effet, selon Oyé Guilavogui, à partir de janvier (le 1er exactement, ndlr), le train devrait de pleins droits, revenir à la Guinée. De quoi réjouir les usagers, pourrait s’empresser de crier ! Sauf qu’il n’y pas de quoi pavoiser. Parce que des obstacles, il y en a encore.

En effet, dans le cadre de la défense du budget de son département, Oyé Guilavogui a sollicité des députés une doléance dont la satisfaction est une condition indispensable à la remise du train sur les rails. Il s’agit de l’adoption d’une subvention dont le ministre a estimé le montant à plus de 23 milliards de francs guinéens pour l’exploitation du train Conakry-Express. C’est donc à la prise en compte de cette requête du ministre des transports que reste désormais subordonnée la relance du train.

En d’autres circonstances, on n’aurait éprouvé aucune appréhension particulière quant à cette sollicitation. Surtout que les députés ont bien conscience de l’urgence qu’il y a remettre le train en marche. Mais on se doit de faire remarquer qu’à l’occasion de cette session budgétaire, les parlementaires, indépendamment de leurs obédiences respectives, sont plus pointilleux que d’habitude.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.