Conakry : Un jeune blessé par balle lors des funérailles succombe

« Je suis triste parce qu’avant de venir ici, on m’a annoncé la mort d’un autre jeune qui s’appelle Mamadou Saidou Diallo, il a 24 ans. Il a été atteint hier après l’inhumation des huit  dernières victimes. Il a été atteint à la tête et il a rendu l’âme très tôt ce matin».

C’est par ces mots que leader de l’UFDG a entamé son discours samedi lors de l’assemblée générale hebdomadaire du samedi.

La victime, Mamadou Saidou Diallo, originaire de Guériyabhé, dans la préfecture de Labé, était un élève de la Terminale Sciences Mathématiques au Lycée Titi Camara. Le défunt a été tué par balle suite aux échauffourées qui ont opposé les forces de l’ordre et les jeunes manifestants en colère venus accompagner les victimes de la répression policière lors des manifestations politiques.

Touché à la tête, il succombe à la blessure peu après avoir été admis à l’hôpital. Ce qui alourdit une nouvelle fois le bilan de la manifestation anti-3ème mandat.

Devant ce drame, qui a endeuillé de nombreuses familles , Cellou Dalein Diallo, indexe directement les agents des services de sécurité, qui ne jouent plus son rôle républicain :

 « Ils sont pour la plupart des moins de 20 ans abattus à bout portant par les forces de défense et de sécurité, dont les agents sont chargés d’assurer sans discrimination, la sécurité de tous les citoyens. Ils sont à l’origine de la mort de plus de 128 jeunes qui étaient en train d’exercer le droit de manifester dans les rues et sur les places publiques, conformément aux disposions de l’article 10 de notre constitution. Le drame, est que sous l’ère Alpha Condé, ils n’auront pas droit à la justice»

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.