Conakry-Washington : Alpha Condé à l’étroit !

On ne sait pas si Alpha Condé pourra être reçu – soit en qualité de président de l’UA pour glisser ses préoccupations – par Washington ou pas, à l’occasion de la grand-messe onusienne courant septembre, à New York.

En tout cas le président guinéen est dans un malaise sans nom. Et comme son statut actuel au nom de ses pairs africains lui ouvre des portes, certainement le locataire de Sékhoutouréya pourra rencontrer certains hauts-perchés de la Maison Blanche. Il en a besoin. En effet, alors que le 3è mandat le démange, le diplomate américain Dennis Hankins a fait savoir : « En Afrique centrale, plus précisément au Rwanda, ils ont changé la Constitution pour avoir le troisième mandat. Nous étions contre ce changement, mais ils l’ont fait quand même. En Afrique de l’ouest, il y a quelques tentatives de changement de Constitution qui ont échoué. (…) s’il y a une tentative éventuelle en Guinée, nous serons contre comme ce fut le cas dans tous les autres pays ».

Alpha Condé a dû avoir des sueurs dans le dos. A peine cette sortie du diplomate américain distillée sur toutes les antennes de radio et autres sites Internet, l’administration Trump met à exécution sa menace, avec le refus d’octroi de visa « à compter du 13 septembre 2017 aux officiels guinéens ainsi qu’aux membres de leurs familles proches, avec quelques exceptions limitées… jusqu’à ce que le Secrétaire à la Sécurité Intérieure l’informe que le pays en question (Guinée, NDLR) a accepté le retour ces individus ».

Très vite, le gouvernement et l’ambassadeur Mamady Condé réagissent pour nuancer : « Ce ne sont pas les voyages officiels qui sont concernés. » Alpha Condé lui est agacé. Entre Conakry et Washington, ce n’est pas les atomes crochus….

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.