Conservateurs de la nature : une juste revendication !

La situation du corps paramilitaire des Conservateurs de la nature est au centre des préoccupations au niveau du gouvernement. En tout cas la ministre de l’Environnement et du Développement Durable
a déclaré qu’il a été constaté lors de l’immersion gouvernementale à l’intérieur du pays, que les Conservateurs de la Nature sont confrontés à d’énormes difficultés.

Il s’agit notamment, selon le communiqué du conseil des ministres : le sous-effectif, le manque de grades pour certains, le retard d’avancement en grades pour l’ensemble, le manque de formation, le manque d’équipements (engins roulants, uniformes, outils de protection individuelle et de défense, matériels de transmission…).
Elle a indiqué que pour donner suite à ce constat, une mission a été dépêchée pour le recensement de tout le personnel de son département sur toute l’étendue du territoire national en mettant un accent particulier sur les Conservateurs de la Nature.


A l’issu de ce recensement, rapporte-t-on, il a été défini que l’effectif total du ministère est de 3.868 agents dont 1.658 civils et 2.210 Conservateurs de la nature, nombre qui serait insuffisant pour la protection des 3 millions d’hectares d’aires protégées en Guinée.

Pour inverser la tendance, le Conseil des ministres a instruit :

  • Le ministère en charge de l’Environnement de se rapprocher de celui de la Défense pour un appui technique dans le cadre du recensement biométrique des Conservateurs de la Nature conformément aux instructions du Président de la Transition (sans biométrie pas de recrutement) ;
  • De transmettre les études nécessaires sur l’évolution, la formation et sur la fourniture en équipements des Conservateurs de la Nature au service sectoriel de l’Armée ;
  • D’étaler les actions de recrutement dans le temps et de prendre en compte le statut particulier des Conservateurs de la Nature.

Aujourd’hui donc ce doit être une bonne nouvelle chez ces conservateurs de la nature. Quitte à saisir la balle rebond et faire profiter à ce corps, cette opportunité.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.