Constitution : N’zérékoré, le terreau des sirènes révisionnistes!

La région forestière, en l’occurrence la capitale de cette partie de la Guinée est devenue le terreau fertilisant des faiseurs de roi, le berceau des sirènes révisionnistes, bref, les architectes des tripatouillages de la Constitution.

Des noms et d’autres qui sont devenus les géniteurs des fameux et honteux mouvements de soutiens politiques sont catalogués et bien connus désormais des démocrates guinéens. C’est à N’zérékoré qu’a émergé l’idée de mettre en route ‘’Dadis ou la mort’’, puis à Conakry ‘’Dadis doit rester’’ ; récemment, le flic Bangaly Kourouma aujourd’hui sujet à toutes les critiques renouvelle ‘’le 3è mandat pour Alpha Condé’’.

Ces derniers jours c’est un autre mouvement qui est en gestation : MOURAC (Mouvement pour la réélection d’Alpha Condé). Les géniteurs – à la profession si peu valorisante – de ces honteux mouvements sont en train d’injurier sans retenue les démocrates et s’en prennent injustement à des citoyens honnêtes. Dans un corporatisme mafieux, ils deviennent de facto des pourfendeurs de la Constitution.

C’est le moment de combattre ces sirènes révisionnistes dont les conséquences ne sont pas encore cicatrisées. C’est vraiment le bon moment de combattre ces opportunistes avant que leurs filouteries ne scellent la réputation déjà fragile de la Constitution. On le sait, les mouvements de soutien sont devenus le métier de tous ceux qui n’ont rien trouvé d’autre à faire. Les aventuriers comme les paumés du marché du travail s’y donnent rendez-vous, avec, en général, des bagages limités, et des motivations aux antipodes des règles morales.

Aly Manet et Cie, Moussa Keita et Cie, Ahmed Sékou Traoré et Cie, etc., espèrent sincèrement faire fortune dans ce métier, et y acquérir une gloire à plus ou moins bon marché. L’argument ? « Soutenir les actions du président » et « l’aider à parachever les nobles missions ».

Honte à vous, chers messieurs !
La Guinée ne tombera plus d’aussi bas.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.