Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie le dimanche 19 avril

Les Français ne retrouveront « pas tout de suite et probablement pas avant longtemps » leur « vie d’avant », a prévenu le Premier ministre Edouard Philippe. La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 164 016 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine. Plus de 2 363 210 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires

  • Le gouvernement français se veut prudent

La France comptabilise ce dimanche 19 718 décès depuis le début de l’épidémie de nouveau coronavirus, soit 395 de plus en 24 heures. Mais le nombre de patients hospitalisés et en réanimation poursuit sa lente décrue, a indiqué le directeur général de la santé Jérôme Salomon. Si la situation s’améliore « lentement mais sûrement » aux dires d’Edouard Philippe, qui prévient : « Nous ne sommes pas sortis de la crise sanitaire ».

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Santé Olivier Véran, le chef du gouvernement a également rappelé que la crise économique serait « brutale » et « ne fait que commencer ». Le Premier ministre a également dévoilé une première ébauche de la stratégie de déconfinement, dont un plan détaillé doit être dévoilé fin avril.

La maire de Paris Anne Hidalgo prépare elle aussi la sortie du confinement. Quelque 500 000 masques doivent être disponibles dès la fin avril pour les Parisiens. Elle veut transformer plusieurs rues en pistes cyclables sur les trajets de certaines lignes de métro.

  • Des signes encourageants en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni

L’Espagne a enregistré 410 morts au cours des dernières 24 heures, contre 565 la veille, le bilan quotidien le plus bas depuis près d’un mois, annonce le ministère de la Santé. Les autorités sanitaires estiment avoir franchi le pic de la pandémie, mais elles ne sont pas prêtes pour autant à recommander la levée du confinement, un des plus stricts d’Europe. Le bilan officiel s’élève désormais à 20 453 morts

L’Italie, premier pays touché en Europe, déplore plus de 23 000 morts. Mais elle sort de la phase aiguë de la pandémie après plusieurs semaines d’un confinement. « Nous devons donner aux citoyens une plus grande liberté de circulation », a déclaré le vice-ministre de la Santé Pierpaolo Sileri. Cet assouplissement ne bénéficiera pas à 180 migrants secourus en mer. Ils ont été placés en quarantaine sur un ferry amarré face au port de Palerme en Sicile. Les  joueurs de l’AS Rome et leur entraîneur ont quant à eux décidé de faire un geste pour aider leur club confronté comme d’autres à des difficultés économiques et renoncent à toucher leurs quatre prochains mois de salaire.

Au Royaume-Uni, le gouvernement annonce 596 morts supplémentaires à l’hôpital. Un chiffre au plus bas depuis près de deux semaines, qui donnent l’espoir que la propagation a atteint un pic. Cela porte à plus de 16 000 le nombre total de décès. Ce chiffre est sous-évalué puisqu’il ne prend pas en compte les morts dans les maisons de retraite ou à domicile. Le Premier ministre Boris Johnson, dont le gouvernement est critiqué pour avoir tardé à prendre la mesure de la pandémie, « récupère » de la maladie dans la résidence à la campagne d’où il transmet ses instructions à ses ministres. 

  • Célébration discrète du dimanche de Pâques orthodoxe

La Russie a fait état d’une nouvelle progression record du nombre de cas de coronavirus ce dimanche, avec 6 060 nouvelles contaminations recensées au cours des dernières 24 heures. Cela porte le total à 42 853 et place désormais le pays au dixième rang des pays les plus contaminés. 361 personnes sont mortes de la maladie.

En ce dimanche de Pâques orthodoxe, le président Poutine a donné l’exemple en se contentant d’une cérémonie dans une petite chapelle de sa résidence officielle. Comme lui, plus de 260 millions de chrétiens orthodoxes ont célébré l’événement dans des conditions exceptionnelles. Le Patriarcat œcuménique de Constantinople, en Turquie, a fermé les offices au public qui ont été retransmis sur internet. Une situation identique à Chypre et en Grèce, en Macédoine du Nord, ou encore en Egypte pour les plus de 10 millions de coptes orthodoxes. La Serbie a instauré un confinement intégral et un couvre-feu jusqu’à lundi. L’Ukraine observe un manque de discipline chez les prêtres et les fidèles, nombreux à venir embrasser les icônes et les croix. A Kiev, le monastère de l’Eglise russe est un des principaux clusters du pays : 90 moines ont été atteints par le virus et deux en sont morts.

En Biélorussie, le président Loukachenko s’est rendu dans une église et a critiqué les mesures de confinement. « Je n’approuve pas ceux qui ont fermé aux gens la voie vers l’église », a-t-il déclaré. Les lieux de culte sont restés ouvertes, mais le chef de la principale Eglise orthodoxe du pays, le métropolite Pavel a recommandé aux fidèles de rester chez eux.

En Pologne, les commémorations habituelles du soulèvement du ghetto de Varsovie ont été remplacés par des hommages intimes, sur place, depuis les lieux de confinement ou en ligne. Dans la capitale polonaise, comme chaque année, les sirènes d’alarme ont retenti à midi, en hommage aux insurgés.

  • Les Etats-Unis franchissent la barre des 40 000 morts

Trois jours après avoir dépassé les 30 000 morts, Les Etats-Unis déplorent désormais 40 585 décès liés au Covid-19. Ce bilan a été alourdi ces derniers jours par la prise en compte par certaines localités des morts « probablement liées » au coronavirus, mais qui n’avaient pas été initialement comptabilisées comme tel. L’Etat de New York est toujours l’épicentre de l’épidémie. Il amorce pour la première fois une courbe « descendante », selon le gouverneur Andrew Cuomo. « Si la tendance se poursuit, New York a passé le pic de l’épidémie », espère-t-il.

Donald Trump et certains gouverneurs d’Etats s’affrontent sur la perspective de la levée des restrictions dans un climat tendu, renforcé par le soutien du président à des manifestations réclamant la reprise d’une activité normale. Une reprise difficile à imaginer quand les Etats-Unis restent le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas (plus de 740 000).

Alors qu’il doit être bientôt investi par son camp pour affronter Donald Trump à la présidentielle, Joe Biden est pointé du doigt par plusieurs médias concernant son absence du débat sur la crise. Certains s’en inquiètent et exigent que le candidat démocrate trouve maintenant une posture présidentielle. D’autres soulignent qu’il ne faut pas politiser la pandémie et que c’est cette discrétion qui lui fait gagner des points. La classe politique joue l’union en cette période crise. La Maison Blanche et les parlementaires démocrates se disent proches d’un accord sur le déblocage de fonds supplémentaires pour les PME en difficulté.

Au Panama, quelque 1 700 migrants en route vers les Etats-Unis ont été confinés dans la jungle après la découverte de contaminations parmi eux. Ils ont été placés dans des installations prévues pour accueillir 200 personnes.

  • Les expulsions des ressortissants guatémaltèques par les Etats-Unis suspendues

Au Guatemala, où le président Alejandro Giammattei. a prolongé le couvre-feu partiel jusqu’au 27 avril, 235 cas de coronavirus ont été détectés, sept personnes sont mortes. Et pour éviter d’y ajouter de nouveaux cas importés, les expulsions des ressortissants guatémaltèques par les Etats-Unis sont suspendues depuis la fin de la semaine. Car selon le ministère de la Santé, depuis le mois dernier 17 des migrants guatémaltèques expulsés des Etats-Unis ont été testés positifs au Covid-19. Le nombre de vols transportant des guatémaltèques expulsés avait déjà baissé, mais cette semaine la situation était devenue intenable, avec de nouveaux migrants testés positifs à leur retour, malgré la demande du Guatemala que Washington renforce ses contrôles sanitaires.

« Jusqu’à ce que soit respecté l’accord passé par les deux pays, qui nous donne la certitude que ces personnes vont arriver avec un certificat prouvant qu’elles ne sont pas infectées par le coronavirus, les vols d’expulsions resteront suspendus, a déclaré le président du Guatemala, Alejandro Giammattei. Dans les nouveaux cas que nous mentionnons, sont comprises des personnes arrivées lundi dernier sur un de ces vols, un vol qu’elles ont contaminé en grande partie. »

Certains avaient appelé à suspendre les expulsions de migrants pendant la pandémie, mais le président américain Donald Trump avait menacé d’imposer des sanctions sur les visas pour les pays qui refuseraient d’accepter ces expulsions. D’où des problèmes au Guatemala, puisque certaines communautés avaient commencé à rejeter ces migrants de retour chez eux, par peur qu’ils ne leur apportent le virus.

  • La Chine en accusation

Donald Trump a menacé la Chine d’éventuelles « conséquences » si elle a été « sciemment responsable » de l’épidémie. Le directeur du laboratoire chinois accusé par des médias américains d’être une possible source du coronavirus dément catégoriquement toute responsabilité. L’Australie ajoute sa voix à la demande d’éclaircissement sur l’origine et la gestion du virus en Chine. La ministre des Affaires étrangères Marise Payne a affirmé que son pays « réclamerait » notamment une enquête sur la manière dont le pays a géré l’épidémie à Wuhan.

  • Recrudescence des cas au Japon et à Singapour

Le Japon recense à ce jour plus de 10 000 cas de contamination, un chiffre en augmentation depuis quelque semaine qui fragilise son système hospitalier. En raison de la pénurie de lits et d’équipements de protection, les hôpitaux de Tokyo doivent refuser des malades.

Singapour fait état de 596 nouveaux cas de contamination, ce qui porte le total à 6 588 dans la cité-Etat. Les travailleurs immigrés sont les plus touchés par l’épidémie. Pour enrayer la propagation, les autorités ont pris des mesures drastiques de surveillance et de traçage des contacts entre les citoyens. 

Un des derniers États au monde à n’avoir pas déclaré de cas de coronavirus, le Turkménistan, a relancé ce dimanche sa saison de football professionnel après une courte pause.

  • Permissions prolongées pour 100 000 détenus en Iran

En Iran, le président Rohani annonce la prolongation pour un mois de la permission de sortie accordée à 100 000 détenus afin de limiter la propagation du virus dans les prisons. L’Iran compte plus de 5 000 décès provoqués par la maladie sur 80 000 cas officiellement déclarés.

En Israël, le nombre de nouveau cas est en baisse ainsi que celui des malades en réanimation. De nouvelles directives ont été annoncées et des mesures sont entrées en vigueur dès ce dimanche matin. Certains magasins ont rouvert avec un maximum de quatre clients à la fois. Les prières en plein air peuvent désormais se faire en présence de 19 personnes, en respectant les gestes barrières. Autre signe de reprise, plusieurs manifestations se sont déroulées dans les villes du pays pour la défense de la démocratie mais aussi pour une aide accrue du gouvernement aux travailleurs indépendants.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.