COVID-19: La Pharmacopée aussi propose des solutions

Bien que n’ayant pas encore été validé par les autorités sanitaires du pays, la pharmacopée s’invite dans la lutte contre le Coronavirus en Guinée. Des  soins à base des plantes sur lesquels se ruent les populations, contribuent  activement à l’amélioration des conditions de santé des patients.

C’est le cas par exemple de ‘’FARAFIDA DJIGUI’’ ou ‘’L’Espoir de l’Afrique’’, un produit liquide fabriqué en Guinée sur la base des plantes médicinales par une association des guérisseurs traditionnels.

Ce produit se vend en ce moment à Conakry comme de petit pain.

FARAFIDA DJIGUI est une réponse de tradi-thérapeute guinéenne   sur le COVID-19. Même si à ce jour, le produit n’a pas l’objet d’aucun test clinique, mais sa vente est contrôlée sur le marché et s’écoule facilement

« Nous sommes aujourd’hui à près de 400 ventes de la dose. C’est à la fois préventif et curatif. Dans le cadre préventif, on utilise la couvercle du bidon d’un litre, un le soir et un le matin. Maintenant si la personne est déjà atteinte de la maladie, c’est avec ce verre attaya on donne la moitié de ça, le matin et le soir. », explique Younoussa Condé, le responsable commercial, qui rappelle que ses produits traitent également d’autres maladies tropicales.

Ce produit, ’FARAFIDA DJIGUI’’ jugé efficace contre le COVID-19 par les populations, est le résultat de recherche de 20 pharmacologues de la Haute Guinée. Il est produit à Kankan, une région située à quelques 700 km à l’est de la capitale Conakry. Il obéit à des règles définies par l’association des tradi-thérapeutes et pharmacologues ‘’N’Ko’’ de Guinée.

Le Président de cette Association explique comment ils sont parvenus à fabriquer ce produit contre le COVID-19 : ‘’Le produit en réalité sera un remède efficace contre cette pandémie parce que tous les symptômes qui se trouvent au niveau de cette maladie, on a pu traiter ces symptômes-là, avec  notre produit. A travers les symptômes et la partie du corps que la maladie attaque, on a fait une étude pendant 17 jours sur l’estomac et sur toutes les parties de la poitrine. Après avoir étudié tout ça la, on a commencé maintenant à recenser les plantes, c’est-à-dire, la plante qui peut lutter contre la toux, et la plante qui peut lutter contre le manque de respiration. On a combiné 5 plantes et on a fait le produit en fonction de ça  ‘’, explique Mamoudou Kotéba Camara.

Pour mieux contrôler la distribution et éviter la contrefaçon, l’association a mis en place un seul point de vente au quartier Mafanco dans la capitale Conakry.

Mais comment identifier les malades de COVID-19 ?

« Certains se posent la question de savoir comment on peut se rendre tel est malade ou tel n’est pas malade, on a une fiche déjà qu’on rempli. Par exemple, ça c’est le cas positifs, et ça c’est le cas négatifs. Si un patient vient, on demande des renseignements sur la personne, nom et adresse, l’âge, la profession,…En plus, on demande le premier test de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), on mentionne la date. Comme vous voyez, en bas comme vous voyez ici , il y a l’effet secondaire. Après on demande le second test, parce qu’on veut être en contact avec les patients », a laissé entendre le responsable commercial de FADAFINADJIGUI.

 Des bouches à oreilles, la nouvelle se répand comme une trainée de poudre.

C’est le cas de Laye Kébé venu acheter le produit à Mafanco. Il dit avoir été informé de l’existence de FADAFINADJIGUI par des amis.  

  « J’ai échangé avec certaines personnes. Lorsqu’ils ont quitté l’hôpital, ils m’ont parlé de l’efficacité de ce produit. Ils m’ont qu’une personne contact ou contaminée peut prendre ça  pour des mesures préventives. Pour le moment, il n’ya pas de contaminé chez moi, mais je suis venu acheter le produit et aller essayer pour une mesure préventive. 

 Selon le responsable commercial de l’Association, à jour, un bidon d’un litre de  « FADAFINADJIGUI » se vend à 300 000 FG soit  30 Euros environs. En raison de son efficacité, le produit s’écoulement facilement.

Cette situation a permis à la structure d’accroitre sa production et son chiffre d’affaire. Cette association des tradi-thérapeutes et pharmacologues ‘’N’Ko’’ de Guinée, qui traite d’autres maladies tropicales veut apporter une réponse efficace face à une demande croissante en cette période de pandémie COVID-19.

Les responsables de cette association  se propose de rencontrer le conseil scientifique afin d’explorer des nouvelles pistes de solution face à la pandémie COVID-19.

Abdoul Wahab Barry, www kababachir. com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.