Crise à Boké : Makanera soutient les protestataires

Invité dans l’émission ‘’les GG’’ de la radio Espace, ce lundi 1er mai, Alhousseiny Makanera Kaké, ancien ministre de la Communication, reconvertit en opposant, dénonce l’incapacité du gouvernement à respecter le code minier, notamment dans la convention qui lie les Sociétés minières aux communautés locales.

Bien que l’opposant déplore ces  malheureux événements survenus récemment à Boké, et qui ont coûté la vie d’au moins une personne et des dégâts matériels importants, Makanera apporte plutôt son soutien aux jeunes protestataires.

‘’ C’est vrai que ce qui arrive est malheureux, mais c’était perceptible. Vous savez avant l’implantation des entreprises minières ou les sociétés minières, la bonne partie de la loi voudrait qu’il ait des études d’impacte environnemental et social. Mais compte tenu du comportement de certains cadres indélicats, on préfère exposer à la société et prendre tous les biens qui devaient aller pour les collectivités et les communautés et mettre dans leurs poches. C’est ce qui a amené tous ces problèmes’’, déplore-t-il.

Par ailleurs l’ancien ministre de la Communication, qui est également ressortissant de la région, fustige l’attitude du gouvernement, avant de rappeler que le décret faisant de Boké une zone économique est inutile à ses yeux : ‘’Lorsqu’il y a un problème, on ne cherche pas la vraie solution et on ne cherche pas non plus à diagnostiquer le problème et on prend une décision pour vous faire perdre du temps inutilement. Ce décret n’a aucune importance’’, estime-t-il.

A la question de savoir s’il ne va pas intervenir en qualité de sapeur pompier, en sa qualité de ressortissant de la région, l’ancien ministre de la Communication répond :

‘’ J’ai demandé  à la jeunesse de Boké de la retenue, mais de continuer à se battre pour le respect de leur droit. Parce que la liberté et la démocratie ne sont pas des cadeaux. Je leur dis que ce gouvernement là est incapable et incompétent. Donc, ils sont obligés de faire ce que le gouvernement devrait faire. Parce qu’en principe, exiger le respect du code minier ne revient aux populations’’, conclu-t-il.

Mariam Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.