Crise à l’ARMP : ces« traitements inhumains et humiliants » de Jonas Mukamba Diallo

L’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) prend-t-elle l’eau depuis l’arrivée de son DG, Jonas MukambaKadiata Diallo ? C’est que croit savoir une bonne partie du personnel de cette Institution dont les arriérées de salaires se comptabilisent par 10 pour certains, 6 pour d’autres, 8 pour un troisième groupe, etc. Le tout, sans bulletins de salaire.

Là-bas, il parait que tous les moutons marchent ensemble mais n’ont vraiment pas les mêmes prix : il y a des privilégiés, il y a des parias, des indésirables. Ce sont certainement ces« traitements inhumains, dégradants et humiliants » du DG que dénonce un chef service de ladite structure. Pour Mamadou Touré, « à l’issue d’une lettre du collectif du personnel adressée au Directeur Général, sollicitant une rencontre pour discuter du non-paiement des salaires du mois de Mai 2016 à Septembre 2016 ; pour toute réponse, le Directeur Général a affiché les arrêtés n°00019 et 0020/2016/PRG/ARMP signés du 15 Juillet 2016 relevant l’ensemble du personnel de leurs fonctions. »

Dans une lettre ouverte Mamadou Touré a épluché tous les sujets qui assaillent la bonne marche de l’ARMP, notamment le comportement de l’actuel DG, lequel depuis le mois de juin 2016 jusqu’ à ce jour, il n’y a eu aucune prise de contact entre lui et l’ensemble du personnel. Le même cadre rappelle qu’en sa session du 28 Septembre 2016, le Conseil de régulation a annulé l’arrêté N° 00020 arguant qu’elle constate une irrégularité dans l’arrêté 00020 pris par le Directeur Général en violation des dispositions légales et règlementaires régissant l’ARMP notamment l’article 26 du décret 167, et par conséquence exige le report pur et simple dudit arrêté.

Dans les mêmes résolutions, poursuit Mamadou Touré, le conseil de régulation exige au Directeur général, le paiement des salaires des travailleurs sur la base de l’ancienne grille salariale pour le mois de mai 2016 et la nouvelle grille à partir du juin 2016 au plus tard le 30 septembre 2016. Seulement, regrette ce cadre, « Cette nouvelle grille même si elle a été approuvée par toute la hiérarchie, elle n’a jamais été soumise aux travailleurs même à titre d’information, encore moins négociée avec le personnel par le Directeur général. »

Mamadou Touré évoque « l’octroi de la subvention de plus de 4 milliards de francs guinéens par le Ministère du Budget » se justifiant pour le règlement des salaires du personnel de l’ARMP, ce, en dépit des fonds disponibles dans le compte de l’ARMP domicilié à la BCRG.

Autre griefs, selon Mamadou Touré, depuis le 13 février 2017, le Directeur Général a procédé au remplacement des serrures des bureaux en l’absence de certains travailleurs, qui n’ont plus accès aux locaux de l’ARMP pour travailler, et d’autres, plus de quatre mois, ont été virés de leurs bureaux. « Jonas Mukamba Kadiata Diallo, se faisant prévaloir de votre soutien, en parlant de votre proximité familiale comme il aime à s’en glorifier, fait subir au personnel de l’ARMP, un traitement pire que l’apartheid en violation des lois et textes réglementaires en vigueur dans notre pays. Nous souhaitons un licenciement avec le plan social qui l’accompagne (règlement des droits) ou la reprise normale du travail dans notre structure avec le paiement intégral de tous nos arriérés de salaires. »

Cette sortie du chef service Enquête et inspection de l’ARMP dont le bureau est fermée par le DG tout comme chez nombreux autres cadres ne semble pas ébranler Jonas, même si selon des proches, il s’en offusque et affiche la hantise d’en découdre avec les parias. Quoiqu’il en soit, « Il serait judicieux de dépêcher une mission indépendante pour évaluer cette situation. » Des langues fourchues estiment que le président de la République est bien derrière cette sale besogne infligée à l’ARMP, surtout que la volonté inavouée est de fermer la boîte : elle l’empêche à tripatouiller le Code des marchés publics. Seule raison évidente.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.