Crise à l’Education en Guinée : la solution miracle de Baadiko Bah

Le secteur de l’Education est malade de ses hommes et des politiques hasardeuses qui accompagnent. Pour inverser la tendance, le président de l’UFD, allié du RPG et ancien compagnon d’Alpha Condé propose une solution miracle. Mamadou Baadiko Bah, dans une interview accordée au journal Le démocrate, parle plutôt de « solution révolutionnaire ».

Extrait : « Faire un test national rigoureux de tous les enseignants. Faire le tri entre ceux qui peuvent être maintenus à leur poste, ceux qui devraient recevoir une formation avant d’être réaffectés à des postes compatibles avec leur niveau et ceux qu’il faudrait redéployer ailleurs dans la fonction publique ou l’administration locale. D’autres peuvent être purement et simplement remerciés avec des indemnités consistantes. » A côté de cela, «  Adopter un nouveau statut de la fonction enseignante en revalorisant substantiellement les salaires et en y introduisant un système incitatif basé sur l’assiduité, la conscience professionnelle, les résultats prouvés. »

Avant d’y parvenir, il est question d’abord de «  Faire un test national de tous les élèves et étudiants afin de déterminer leur niveau réel. A la suite de ce test qui devra être d’une extrême rigueur, les enfants seraient répartis dans les classes correspondant à leur niveau réel pour un nouveau départ. »

Le président de l’UFD ajoute qu’il faut aussi refaire tous les programmes scolaires et universitaires et adapter l’enseignement aux exigences de développement économique du pays. Mais, faudrait-il « Allouer une quote-part importante du budget national à l’éducation. »

Tout cela a un prix : « Sortir l’Education du ghetto actuel de la politisation à outrance, qui fait que les nominations et même le choix des surveillants d’examens et les correcteurs d’épreuves sont basés prioritairement sur des critères de militantisme politique. »

Après tout, «  Nous devons bâtir un système éducatif progressiste, d’avant-garde, offrant d’égales chances de réussite à tous les enfants, de toutes conditions, à la ville comme à la campagne, pour l’honneur retrouvé de la noble profession enseignante. »

Tout un challenge !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.