Crise à l’Education : les enseignants peuvent saigner…

Ils se sont saignés comme toujours pour faire valoir leur métier et démériter leur maigre salaire. Les enseignants ne verront certainement pas toutes leurs revendications accédées par Alpha Condé. Pas augmentation. Ils peuvent continuer à avaler de la poudre de craie.

Cela n’émeut pas le président de la République qui se taille déjà la part du lion dans le budget de l’Etat avec son milliard et quelques poussières tirées des caisses de l’Etat chaque jour. Il pompe les caisses de l’Etat à sa guise et refuse d’augmenter le salaire des bouffeurs de craie. Il a tout bonnement opposé son refus catégorique sur la valeur monétaire du point d’indice qui est de 1030.  Selon un syndicaliste, Alpha Condé a dit qu’à l’heure qu’il fait, il ne peut pas augmenter. Il a demandé à ce qu’on revienne négocier avec les techniciens, mais que pour l’instant il n’augmente pas. Il a dit que toute négociation qui amènerait à une augmentation de salaire qu’il n’est pas favorable. C’est en quelque sorte tout pour moi, rien pour les autres. Avec ce déni, le mouvement des enseignants, s’il n’est pas brisé par des billets de banque, risque d’emporter le locataire de Sékhoutouréya.

A moins qu’on n’opte pour une année blanche.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.