Crise du bois sur les marchés: le cri de cœur des acteurs de la filière

La politique du gouvernement qui consiste à rationaliser la consommation locale commence déjà à faire des vagues. Dans bien des marchés de Conakry, notamment à Matoto, les stocks ne sont plus visibles, les menuisiers montent les enchères.

Pourtant, il y a peu, Alpha Condé avait demandé les services de sécurité et de l’environnement d’établir une évaluation du stock de bois coupé actuellement disponible. En plus, il avait instruit « les ministères concernés à prendre les mesures nécessaires pour permettre la mise à disposition du stock local de bois coupé pour les activités le nécessitant à l’intérieur du territoire national » Mais, apparemment, rien n’est encore fait. C’est pourquoi les acteurs de la filière bois font du bruit et appellent à la clémence, mais surtout à l’empressement, afin de ne pas paralyser davantage les activités.

L’envers du décor c’est quoi même ? La coupe abusive du bois. Une action qui  provoque,on le sait, une désertification accélérée de bien des régions du pays. Or, le secteur emploie toute une horde de délinquants économiques qui contournent la réglementation. Ils malmènent tout dans les forêts guinéennes et transportent le produit vers la capitale, de la façon la plus détournée.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.