Crise au Patronat : Mamady Youla et son double langage !

Soit Youla est un menteur fieffé, soit il est amnésique. L’un ou l’autre cas, il tient deux langages avec cette crise que traverse la CNP. Ce PM nie toute implication du gouvernement dans l’affaire du patronat guinéen. C’est ce qui est absolument faux.

En effet, Mamady Youla a été piégé récemment, en signant un acte annulant le congrès du patronat. On ne sait vraiment pas quelle mouche a piqué le Premier ministre, en prenant la décision de bouleverser l’élection de KabaGuiter, en lieu et place de Mamadou Sylla qui a déjà fait passer le témoin. Aujourd’hui, Mamady Youla se fait tirer les oreilles, alors que le communiqué du gouvernement est déjà affiché par bien des sites Internet, mais plus celui du gouvernement. Cette posture en dit long sur la gaffe commise par un PM imprudent, confondant vitesse et précipitation, donnant du coup raison à des hommes politiques de l’opposition.

Pour rappel, Mamadou Sylla est en conflit avec un Sékou Cissé suspecté d’être très proche de certains hauts cadres de l’Etat. L’homme fait recours à la Justice. Contre toute attente, il perd le procès. L’une des conséquences : la Cour d’Appel sursoit le congrès convoqué par Mamadou Sylla en attendant de trancher. Certainement en pompier camouflé, le gouvernement sort de nulle part un communiqué, celui de la honte, mettant en cause l’élection organisée par Sylla. Ce communiqué n’a pas été lu sur les antennes publiques. Là-bas, on y a veillé au grain pour ne pas que le fameux communiqué ne soit lu. Mamady Youla sauve les meubles et ravale ses crachats. Déjà une victoire pour Sylla, pourrait-on dire.

Quelques jours seulement après la bourde de Youla, celui-ci revient et nie : « Le gouvernement n’a amené personne devant les tribunaux, c’est entre eux. C’est l’un qui a porté plainte contre l’autre devant la justice. Le gouvernement n’était pas du tout impliqué dedans, c’est juste la justice. Et ce qui était un peu déplorable, c’est que la justice avait rendu une décision et il y a une partie qui a décidé de violer cette décision. Et c’est en cela que nous avons dit qu’on ne peut pas continuer à accepter dans notre pays que l’autorité de l’Etat soit bafouée. Il s’agit de l’image de notre pays et de notre intérêt à tous. Il n’est pas de notre intérêt que l’autorité de notre Etat continue d’être bafouée. »

Ce Youla-là est un simple menteur.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.