Crise politique : Le Conseil Économique et Social exprime sa vive préoccupation

Alors que la tension est montée d’un cran suite à la menace de manifestation des opposants reportée pour le 16 Août prochain, l’appel au calme se multiplie pour éviter la recrudescence des actes de violence en Guinée.

Dans une déclaration signé de la présidente de l’institution, le Conseil  Économique et Social exprime sa vive préoccupation face à la crise socio politique :

« Le Conseil Économique et Social ne souhaiterait pas des mouvements de rue qui créeront des paniques… Le Conseil Économique et Social, en tant que maison de dialogue et de paix, appelle son Excellence Monsieur le Président de la République, chef de l’Etat et père de la nation, et son gouvernement à plus d’écoute pour éviter à la Guinée des troubles socio-politiques durant cette période hivernale. A Monsieur le chef de file de l’opposition, à privilégier le dialogue constructif en évitant toute forme de manifestation de rue », a déclaré Hadja Rabiatou Sérah Diallo.

Parlant de la manifestation de l’opposition prévue le 16 Août prochain, l’ancienne syndicaliste ne cache pas ses inquiétudes fac e à des risques potentiels de violences :

« Une tension socio-politique caractérisée actuellement par un endurcissement des discours de certains hommes politiques, des attaques directes entre les différents bords politiques à travers des médias, des appels à des manifestations manifestations de rue qui se terminent souvent par des destructions de biens privés et publics et dans le pire de cas, par des pertes en vies humaines ».

Celle qui avait été à l’origine de l’insurrection populaire en 2007, en sa qualité de syndicaliste, estime aujourd’hui qu’ « En matière de crise, mieux vaut « prévenir que guérir ». (…) « C’est dans cet esprit de patriotisme, de citoyenneté et de responsabilité sociale que le Conseil Économique et Social a pensé faire cette déclaration » pour dit-on, ‘’appeler le Gouvernement, les acteurs politiques, les syndicats, la société civile, les confessions religieuses, les sages, les femmes et les jeunes sur la nécessité d’instaurer rapidement un dialogue franc et direct en vue de prévenir les conflits et trouver une sortie de crise. ‘’

Il reste à voir si cet appel du Conseil Économique et Social tombera dans des bonnes oreilles.

Wait and see (attendons de voir)

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.