Crise politique: Des émissaires du gouvernement chez Cellou Dalein Diallo

Une délégation gouvernementale conduite par le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, était dimanche 19 avril 2015 à 17 heures, au domicile du Chef de file de l’opposition, monsieur Cellou Dalein Diallo, a rapporté un communiqué du Gouvernement.

Objectif, échanger avec le leader de l’UFDG à la veuille de ma marche pacifique de l’opposition et voire la possibilité de la relance de dialogue politique en vue de désamorcer la crise politique, à 6 mois de la présidentielle.

Me Cheick Sakho était accompagné dans cette mission par Naby Youssouf Kiridi Bangoura, Ministre d’Etat, Secrétaire Général à la Présidence de la République, Kalifa Gassama Diaby, Ministre des Droits de l’Homme et des libertés publiques et Boureima Condé, Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

 La démarche visait à réitérer à l’opposition la ferme volonté du gouvernement de renouer le dialogue, seule voie permettant d’aboutir à un climat politique apaisé et à des élections inclusives.

Entouré de son état-major composé de Messieurs Aliou Condé, Diouma Diallo, Fodé Oussou Fofana et Touré, Cellou Dalein Diallo, qui a reçu les émissaires du gouvernement, ne refuse pas la main tendue pour un retour à la table des négociations, mais avec des préalables, notamment l’annulation du chronogramme électoral par la CENI.

Le Chef de file de l’opposition a toutefois laissé entendre que la marche pacifique de l’opposition républicaine de ce lundi reste maintenue.

Cellou Dalein Diallo a néanmoins réitéré la disponibilité de l’opposition à participer au dialogue dès lors que la décision illégale et contraire aux dispositions des accords politiques prise par la CENI sera annulée.

De son côté, le gouvernement a assuré l’opposition de la possibilité d’évoquer tous les sujets et toutes les préoccupations liées aux différents scrutins. La délégation a souhaité que l’opposition accepte que les points jusque-là soulevés comme préalables ne constituent pas un obstacle à l’ouverture des discussions et qu’ils fassent l’objet d’une analyse dès l’entame du dialogue.

En attendant un éventuel retour à la table des négociations, c’est une journée à haut risque ce lundi à Conakry.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.