Crise politique : Les élections communales et locales reléguées

La commission électorale avait décidé d’organiser les communales et locales au mois d’octobre de l’année en cours au lieu de fin juin décidé initialement par les acteurs politiques. Un délai qui avait été jugé inacceptable par l’opposition. Mais à l’allure où vont les choses, il y a de réels risques que ces scrutins soient une nouvelle fois reportés. Et pour cause, comme vous le savez rien ne va plus au sein du RPG-arc-en-ciel qui est sur le point de voler en éclat avec l’exclusion de certains cadres et la rupture d’alliance avec d’autres. Des décisions consécutives à la sortie controversée du président CONDE le 28 mai dernier qui s’en est ouvertement pris aux cadres de la communauté mandingue. Un discours qui a suscité de vives réactions de désapprobation de part non seulement des militants mais aussi et surtout des responsables du parti au pouvoir.

Pour le moment, la CENI n’a fait aucune communication pour dire si les élections vont ou non être maintenues en octobre. Mais une chose est sûre, c’est que le président CONDE ne va jamais prendre le risque d’organiser les élections, si en tout cas l’on se réfère au passé. Lors des législatives tout allait bien au sein du RPG, mais les élections n’ont pas pour autant eu lieu à temps. La même chose pourrait se répéter avec les communales et locales, si l’opposition n’y prend garde. En tout cas, le premier mandat (6 mois) des délégations spéciales, mises en place pour la plupart en novembre 2015 a expiré.

 

Oumar Rafiou DIALLO, kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.