Crise politique en Guinée: Que peut faire le Médiateur de la République ?

Face à la crise politique que traverse le pays depuis la publication du chronogramme électoral par la CENI, nombreux sont les guinéens qui s’interrogent aujourd’hui sur le ‘’comment sortir de cette impasse politique’’ qui risque perdurer.

Pour certains, il faut faire recours à la communauté internationale pour accentuer la pression sur le pouvoir de Conakry et l’opposition afin d’obtenir un dénouement heureux de la crise.

Mais pour d’autres, l’intervention de la communauté internationale est toujours tardive et n’est pas souvent rassurante. C’est à l’interne que la crise doit se régler. Et pour cela, il faut faire appel à toutes les forces vives de la nation pour contribuer à un dénouement heureux de la crise. Et c’est à ce niveau que le Médiateur de la République, qui a prêté serment le 18 mars dernier, devrait intervenir et jouer pleinement son rôle. Mais quelle marge de manœuvre dispose-t-il, au regard de la caporalisation des institutions républicaines par le pouvoir en place ?

A sa prise de fonction, Me Elhadj Mamadou Lamine Fofana, conseiller spécial du Président de la République, chargé des relations avec les institutions républicaines avait déclaré que ‘’le Médiateur de la République fait partie des institutions publiques créées par le texte suprême et qui constituent la fondation de l’Etat de droit.’’

A ce titre, précise le conseiller spécial du Président de la République, ‘’le Médiateur est un organe intercesseur gracieux et indépendant entre l’administration publique et les administrés et son indépendance se justifie par le fait qu’il ne reçoit d’instruction d’aucune autorité politique, administrative, législative ou judiciaire.’’.

Invité récemment au cours d’une émission de nos confrères de Lynx fm, le Général Facinet Touré, parce que c’est de lui qu’il s’agit, avait déclaré que les délégations spéciales sont illégales.

« Ces délégués qui sont là, désignés par le pouvoir, qu’ils soient proches du pouvoir ou pas, n’ont pas leur raison d’être. Ils sont dans une situation illégale. Ils sont illégaux.» a déclaré la semaine dernière le Médiateur de la République.

Tout en déplorant cet état de fait, le Général Facinet Touré rappelle ces délégués communaux n’ont plus leur raison d’être : « Si un citoyen ou des citoyens de ces communes là venaient me trouver pour se plaindre, je vous assure que c’est ce que je dirais. Ils n’ont plus leur raison d’être. Quand on est délégué c’est pour six mois, quand les six mois passent c’est fini.» a-t-il ajouté.

Va-t-il s’impliquer à la résolution de la crise ? Quelle marge de manœuvre dispose-t-il aujourd’hui ?

Les jours qui suivent nous édifieront.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.