Crise politique : les mêmes reviennent pour berner les opposants !

L’assassin revient toujours sur son lieu de crime, nous apprend-on. Imbue de cette logique, la communauté internationale, à laquelle tient tant l’opposition est encore dans les murs. Pour une rencontre d’information. Les mêmes reviennent pour berner les opposants. Les faire plier et prier pour donner libre cours à Alpha Condé déjà tenaillé par ces cent jours sans résultats, ni de visibilité dans sa gouvernance.

Eh bien ils sont là. Eux qui avaient pris des garanties. Eux qui avaient signé les accords, les fameux accords, sans jamais contraindre les partis concernés à les respecter à la lettre. L’opposition halète et donne raison à certains caciques du RPG. Elle peine à se réorganiser après la présidentielle. Elle peine à s’unir pour pousser vers la porte le locataire de Sékhoutouréya et sa bande. Cette fameuse communauté internationale berne les opposants depuis 2010. Avec un mode opératoire presque identique. « L’Ufdg et l’opposition ne vont pas faire le rapprochement avec l’échec des villes mortes et autres manifestations. Les gens sont fatigués des gesticulations sans but de l’opposition qui manifeste et fini par accepter exactement ce pourquoi d’autres ont perdu leur vie », commente un analyste.

De toute évidence rapporte Dalein Diallo faisant état de son entretien avec Chambas, « Nous avons abordé toutes ces questions pour bien attendu soumettre les préoccupations de l’opposition par rapport à la situation politique dans le respect de l’accord. Nous avons rappelé des accords qui n’ont pas été appliqués, notamment celui de 2014 dont les relevés de conclusion n’ont pas été signés ; celui d’août 2015 non plus ! Il y a des institutions qui ont tendances à ne pas respecter cet accord. L’importance d’un accord politique, c’est d’abord la volonté politique d’appliquer ces dispositions. N’oubliez pas que cet accord du 20 août 2015 portait la signature de tous les partenaires techniques et financiers de la Guinée, c’est ça le plus important. L’ambassadeur des Etas Unis, l’ambassadeur de l’Union européenne, le système des systèmes des Nations unis, monsieur Chambass lui-même. Donc, dans une certaine mesure, ce sont eux les responsables du suivi de la mise en œuvre de cet accord. Nous avons déploré les initiatives visant à appliquer les accords là. »

Dalein déplore, déplore. Comme une chanson. Pendant ce temps, il est conscient qu’on ne parle même plus d’élections communales et locales avant le 30 juin.

Triste !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.