Crise de l’éducation : ‘’J’aimerais qu’on enlève ce pharmacien à la tête de l’éducation,’’ se plaint un élève.

Malgré l’appel pour une reprise des cours ce lundi, les enseignants guinéens ont une nouvelle fois défié les autorités. Après un congé forcé de 12 jours, les enseignants maintiennent la pression sur le gouvernement et accentue la crise qui secoue le secteur de l’éducation depuis la publication des résultats du concours de recrutement à la fonction publique, en janvier.

Ce lundi, ils étaient des milliers d’élèves à descendre dans la rue pour réclamer leurs professeurs, qui ont préféré tout simplement resté à la maison et exiger  du gouvernement la prise en compte des  différents points  de revendication.

Interrogé sur la crise qui secoue le secteur de l’éducation, un élève demande le limogeage du ministre Ibrahima Kouroue et Cie : « J’aimerais tout simplement qu’on enlève le pharmacien à la tête de l’éducation, il ne peut plus gérer. Donc l’objectif que nous avons ici, c’est pour changer Dr. Ibrahima Kourouma », lance –t-il dans la foulée.

Il reste à voir si cet appel sera entendu par le numéro un guinéen, qui au lieu de se soucier de la crise qui secoue le secteur, multiplie ses voyages  à l’étranger, laissant le pays dans un état piteux.

Mariam Diallo, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.