Crise sociale : Journée ville morte à la place de la marche

Après le refus des autorités de la ville de Conakry d’autoriser la marche ce lundi, les forces sociales de Guinée avaient appelé à une journée ville morte ce lundi 16 juillet à Conakry.

Sur les raisons de ce changement, les forces sociales parlent plutôt d’infiltration dont le seul but est de ternir l’image de leur image.

Dans une déclaration, les forces sociales ont été appelé les citoyens à observer le mot d’ordre de journée ville morte.

Même si les activités restent paralysées à Conakry, cette journée ville morte, qui concerne uniquement la zone spéciale de Conakry,  est partiellement suivie. La circulation est paralysée dans divers endroits de la capitale où un important dispositif de sécurité est installé dans le différent carrefour.

Alors que le gouvernement campe sur sa position, les négociations sont au point de mort.

Chacune de deux parties campe sur sa position. Une situation qui risque de radicaliser les protestataires, qui ne comptent pas baisser les bras.

Voici pourquoi les forces sociales n’ont pas manifester ce lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.