Dabola: Constructions anarchiques des boutiques le long des artères de la CU

Dans le but de se procurer de sous ou subvenir à leurs besoins primaires, ils sont nombreux des propriétaires terriens à se lancer dans la construction anarchique des boutiques le long des différentes artères principales de la commune urbaine de la préfecture de Dabola en Haute Guinée.

Ces pièces flambant neuf, attirent de plus en plus, les vendeurs de poissons, d’habits, de ciment, de chaussures et d’appareils occasion notamment, des téléphones portables, appareils téléphoniques, postes radios et téléviseurs ainsi que des importateurs de poulets importés.

A Dabola, la location d’une boutique, quelque soit son étendue, se négocie entre 100.000, 300.000 voire 400.000 francs guinéens. Et les propriétaires sont souvent allergiques à toutes sortes de négociations liées au rabais des prix qu’ils fixent.

La direction préfectorale de l’Urbanisme et de l’Habitat estime que la plupart de ces constructions sont loin d’être dans les normes.

Malgré cette mise en garde des agents du service technique, les détenteurs des parcelles, assoiffés d’argent, multiplient les constructions le long des principales artères de la Commune urbaine.

Que faire donc, devant cette situation devenue une habitude chez propriétaires terriens du centre-ville de la préfecture de Dabola en pleine agglomération?

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Dabola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.