Dabola : Une femme a réussi à réconcilier deux familles opposées par un conflit domanial

La présidente du Groupement dénommé « WAKILI », Madame Diakité née, Koumba Kéita, vient de réussir un exploit en rassemblant la famille de Salif Kéita et celle de Amadou Sylla en opposition à cause d’un lopin de terre.

Mais comment Koumba, née en 1970 à Dabola, mariée et mère de 4 enfants, a pu éteindre le feu dans deux familles voisines depuis de lustres ?
Suivez les explications de la médiatrice qui s’est exprimée au micro de l’AGP: « Le récent conflit domanial opposait la famille Salif Kéita à celle d’Amadou Sylla, native de la Commune Rurale (CR) de Banko mais, résident à Dabola.

Pour la petite histoire, Amadou Sylla, à son arrivée à Dabola, a construit un four à pain dont l’importance est très immense pour la population de notre localité. En construisant son four, Amadou Sylla a occupé un lopin de la parcelle de Salif Kéita qui était en voyage. A son retour, ce dernier a commencé à répliquer violemment. D’où, le début d’un bras de fer. Alors que son voisin avait fini de construire le four. Ce qui restait, c’est de mettre les tôles. »

Poursuivant son intervention, la responsable du Groupement Wakili a indiqué : « Le chef de quartier et le chef de secteur étaient intervenus à vain. Les deux familles étaient à couteaux tirés. C’est ainsi qu’en ma qualité de médiatrice, me suis levée. J’ai impliqué le Conseil Islamique préfectoral, le chef de quartier, le chef secteur plus toutes les personnes ressources de notre quartier Tinkisso pour éteindre le feu dans notre maison commune. Pour un premier temps, je suis allée rencontrer la mère de Salif Kéita en demandant de faire comprendre à son fils que celui qui a construit le four ici, est venu d’une autre communauté pour s’installer chez nous. Donc, il doit bénéficier de notre soutien. »

Peu après mon passage, témoigne Koumba Kéita, les sages aussi étaient venus intervenir pour la même cause. Hélas ! Les deux parties en litige n’ont pas accepté la médiation pendant deux mois. Quand Amadou Sylla a mis les tôles, les eaux de pluies franchissaient en quantité, la cour de Salif Kéita qui est revenu me voir fâché. Il m’a dit ceci : « Comme ton homme a fini de mettre les tôles. Il ne faut pas que les eaux de pluies tombant sur sa toiture passent dans ma cour sinon, ça ira très mal entre nous. » Je lui ai dit d’accord, j’ai compris, il n’y a aucun problème mon frère, calme-toi je viendrai. »

Pour appuyer les efforts de la médiatrice, Search For Commond Graound était venu entendre les deux parties en conflit. Chacune d’elle s’était librement exprimée sur la question. Ainsi, parmi les trois conflits que Koumba a résolus dans le Woulada, le partenaire a choisi celui opposant la famille Kéita à celle de Sylla.

Au terme de sa mission à Dabola, Search For a estimé qu’il n’y a pas de petit conflit. Un message qui a été relayé au niveau de toute la population de Dabola. C’est après deux mois passés que Salif Kéita est revenu à des meilleurs sentiments en acceptant le plaidoyer de madame Koumba. Avec la bénédiction des sages, les deux parties en dispute, ont fini par accepter d’enterrer la hache de guerre.

Dans le but d’encourager la médiation féminine dans les conflits, Search For Commond Graound a récemment remis des enveloppes financières symboliques à chacune de deux familles rassemblées par le Groupement Wakili en manque de moyens matériels et financiers malgré sa volonté de réduire les foyers de tensions.

Le trophée en bois remis à madame Koumba, est symbole de la paix, la quiétude sociale et l’harmonie entre les communautés.
Toujours dans le souci de consolider le climat de paix dans notre cité, nous tendons la main à toutes les OGN évoluant à Dabola. Nous sommes toujours à l’avant-garde de la paix et nous veillons aux grains.

Le Groupement Wakili de Dabola regroupe 25 femmes et 11 autres groupements féminins. Sa vision consiste à promouvoir l’autopromotion des membres du groupement pour développer la culture de entrepreneuriat de la femme rurale.

Mamadouba Camara, Kabanews Dabola

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.