Dalein à Bruxelles : immigration, respect des droits humains en débat

Le respect des droits humains est loin d’être effectif en Guinée. C’est du moins, la réalité la mieux partagée au sein de l’UFDG dont des dizaines de militants ont péri sur l’asphalte au cours des marches politiques, certains en prison, d’autres à leur domicile. Une triste réalité qui agace Dalein Diallo.

C’est pourquoi, « J’ai rencontré les autorités de l’immigration belge. Je leur ai expliqué qu’il y a beaucoup de Guinéens qui fuient à cause de l’absence de l’État de droit, de la misère et des répressions qui sont aujourd’hui particulièrement exercées sur les militants de l’UFDG.  Je l’ai fait parce que c’est important d’expliquer ce qui se passe en Guinée, d’échanger avec des amis dont la plupart appartiennent à l’Internationale Libérale dont je suis l’un des vice-présidents. Il était important que je leur explique ce qui se passe et qu’on échange sur les problèmes auxquels notre monde est confronté. » Dalein Diallo estime dans une interview accordée à Guinée news que :« Ils n’ont pas toujours des informations suffisantes sur la situation des droits humains, l’état de la démocratie, les abus du pouvoir en place et sur les questions de la corruption. En tant que président du plus grand parti d’opposition de la Guinée, il est essentiel de faire passer certains messages et d’échanger avec les amis libéraux. »

Mais avec Alpha Condé, violer le respect des droits humains, la Constitution tout court, est plutôt un jeu favori auquel il faut s’adonner à cœur joie.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.