Dalein, abandonné réussit son pari : les leçons d’une marche !

Parler, à priori, de la forte capacité de mobilisation de Dalein Diallo peut paraître aberrant, redondant tant et si bien que c’est une évidence qui n’a jamais souffert d’un quelconque handicap.

Le chef de file de l’opposition lui ne se fait aucune illusion : « J’avais dit que la manifestation du 2 août serait sans précédent. Qu’elle allait par l’ampleur de la mobilisation, dépasser toute les autres marches pacifiques. Ça a été le cas. Permettez-moi de vous dire merci. Vous avez tout fait pour que ce défi que je m’étais lancé soit relevé. Aujourd’hui, dans toute la presse vous avez vu, personne ne  peut douter », s’est notamment réjouie Dalein Diallo du haut de sa tribune.

La date de ce 2 août était redoutée, mais surtout donnée pour un échec patent, parce que le seul leader de poigne était le même, l’inoxydable, désormais abandonné au milieu du gué, esseulé. Son pari de mobiliser, de marcher sans heurts, de rentrer sans accrocs se passe de commentaires. Des leçons sortent donc de cette marche. D’abord, une réelle préparation en amont qui a consisté à attirer l’attention des militants sur leur esprit civique qui devait sous-tendre la marche et après la marche. Ensuite, la culture de cohabitation circonstancielle avec les forces antiémeutes. Là aussi, c’est réussi. Dalein n’a pas manqué de tirer une fière chandelle à Bafoe et Cie. La présence parmi les marcheurs de l’une des filles de Dalein Diallo, Oumou aura marqué les esprits. Cette mère de famille, comme tous les autres suivait les consignes fermes des opposants : marcher sans provoquer, marcher sans casser.

Enfin, la dernière leçon reste celle de réussir, de mieux réussir à mobiliser sans les alliés, partis pour constituer le FAD ou rester à la maison comme le BL.  Ce groupe de frustrés rêvaient secrètement de voir Dalein échouer pour justifier leur poids au sein de l’opposition républicaine. La manœuvre a lamentablement échoué. « N’ayez pas peur. La peur est finie. Bâ Mamadou nous avait dit de ne pas avoir peur. Levez-vous, sortez ! Tout le monde doit battre le pavé le mercredi », a notamment demandé le chef de file de l’opposition guinéenne, ce lundi, 31 juillet 2017, à la fin de son discours de ce dernier meeting de sensibilisation.

Toute honte bue aujourd’hui, certains détracteurs critiquent parce qu’il y a eu mort d’homme suite à un accident de la circulation. Mais, au regard de la crainte qui saisissait plus d’un observateur, on peut dire que Dalein a bien réussi, au-delà des attentes. Aux autres leaders politiques restés à la maison, d’en tirer les conséquences. Quitte à se mordre les doigts.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.