Dalein aux jeunes rapatriés de l’Algérie :’’Vous avez choisi le chemin de l’exil…’’

Devant l’indifférence des autorités face à leur situation, les jeunes rapatriés de l’Algérie tournent vers l’opposition. Ce sont des dizaines de personnes qui ont été reçus mercredi par le Chef de l’opposition guinéenne, au QG de l’UFDG à Hamdallaye CBG.

Ces jeunes rapatriés, visiblement très déçus des autorités pour le manque d’attention à leur égard, après avoir subi des traitements inhumains en Algérie, ont affirmé haut et fort leur soutien à l’UFDG et son président :

« On était tous apolitiques. Mais, avec votre générosité et celle de votre équipe, nous ne pouvons que nous joindre à vous. Donc, à partir d’aujourd’hui, nous sommes membres de l’UFDG jusqu’à la mort », a déclaré le porte-parole du groupe, Ayouba Fofana.

Visiblement préoccupée par le sort de ces dizaines des jeunes, qui ont traversé un calvaire en Algérie, avant d’être arrêté et rapatriés à Conakry, le leader de l’UFDG qui leur a offert une enveloppe symbolique.

« Face aux conditions de vie difficiles, vous avez choisi le chemin de l’exil. Cela ne justifie pas forcément ce choix ; mais, vous avez besoin de fonder des familles et aider vos parents. En Guinée, il n’y a pas de perspectives et l’Etat ne fait pas suffisamment pour une prise en charge des jeunes pour les aider à créer leurs propres entreprises ; mais, aussi favoriser la création d’emplois », fait remarquer Cellou Dalein Diallo.

Poursuivant, le leader de l’UFDG déplore cet état de fait et fustige les autorités guinéennes à tous les niveaux : « Vous avez beaucoup souffert en Algérie et vous n’avez pas senti la présence de votre État. C’est vraiment triste. Le gouvernement aurait pu prendre des dispositions pour aller vous cherchez, vous ramener dans des conditions décentes et de sécurité. Cela n’a pas été fait. Et, arrivée ici, c’est comme si vous êtes venus dans un pays étranger. Vous n’avez bénéficié du soutien et de l’assistance d’aucune autorité », a déploré le chef de file de l’opposition guinéenne.

A noter qu’avec le chômage qui bat son plein en Guinée, surtout ces dernières années, beaucoup de jeunes ont choisi l’exil, parfois au prix de leur vie.

 

Mariam Diallo, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.