Dalein, candidat 2020: pour qui sonne le glas ?

C’est un Dalein Diallo des grands soirs, dans son accoutrement habituel lors des manifestations pacifiques qu’on a vu, ce dimanche, prononçant un discours historique. L’annonce de sa candidature pour la présidentielle de 2020 a dû donner de la sueur froide au pouvoir en place, en dépit de des réserves de certaines fédérations de l’UFDG. Mais Dalein Diallo devrait s’assumer pour l’histoire : participer à la présidentielle pour mieux revendiquer et parer à certaines manipulations des chiffres, de l’opinion ainsi que les militants eux-mêmes, de la part du pouvoir en place.

Au soir donc de cette présidentielle qu’on souhaite paisible, il y aura forcément celui pour qui sonnera le glas. Déjà, l’arrivée de Dalein dans l’arène impose une redistribution des cartes. Le principal opposant, le moins attendu jusque-là de la bataille vient ainsi perturber l’ordre établi et les compromissions qui s’élaboraient en filigrane. Le RPG tangue. Les mouvements de soutiens sonnés par la dissuasion. Les petits partis sans base, frileux. Le climat politique devient pesant. Plus pesant. La Guinée est scrutée. Dalein ne veut plus « différer sa victoire », comme en 2010.

Comme en 2015. Il alerte, dénonce même ce qu’il appelle « kleptomanie électorale » d’Alpha Condé, avant de menacer : « Nous prenons déjà à témoin la communauté internationale qu’il est hors de question cette fois-ci que notre victoire soit confisquée. Il est temps qu’elle interpelle Alpha Condé, qu’elle lui rappelle les règles élémentaires de la démocratie. Si c’est entre nos mains qu’elle abandonne cette mission, alors Alpha Condé assumera toutes les conséquences de son entêtement et de sa kleptomanie électorale. Nous lui donnons rendez-vous le 18 octobre. Nous lui montrerons que notre volonté de changement et d’alternance ne se négociera plus. 2020 n’est pas 2010, encore moins 2015. Nous sommes prêts. Nous gagnerons. Qu’Alpha Condé se le tienne pour dit. Cela est écrit. Cela sera accompli. »

Les dés …de la CENI sont certes pipés, mais, un tel discours fait trembler tous les régimes décadents, à l’image du RPG. Il dissuade tous despotes isolés. Mais il rassure plus d’un militant opprimé et constant. Au niveau du RPG, comme on pouvait s’y attendre, c’est le branle-bas. On va dans tous les sens. La peur s’empare de la galaxie. Y compris les faiseurs de rois insatiables. Pour le député Aly Kaba, « C’est un plan machiavélique qui est derrière cette investiture. Nous avons des informations », s’enquit-t-il.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.