Dalein Diallo : un leader politique, vraiment naïf ?

Accepter de dialoguer avec Alpha Condé est-il vraiment répréhensible? C’est ce à quoi ont cru bien des militants et autres analystes de la vie politique guinéenne, au regard des gestes fort symboliques qui rapprochent tous les jours Alpha Condé et son opposant principal Dalein Diallo.

Le chef de file de l’opposition dont le statut a été récemment évoqué – avec autant d’emphases par le Chef de l’Etat – dit ne pas être naïf. Il ne cesse de le clamer. Il y a quelques jours, il l’a réitéré : « Je sais que vous allez me taxer de naïf, parce que j’ai accepté de dialoguer avec Alpha Condé. Je suis un homme de principe. On ne me trompera pas », tranche-t-il en assemblée générale ordinaire de son parti, au siège de la Minière, samedi dernier. Soit ! En tout, de son côté, Alpha Condé s’efforce aussi à faire bouger les lignes. Sur fond de déclarations et de gestes. Il a même appelé les opposants « à un sursaut patriotique pour que nous trouvions en notre sein, des ressources morales et l’engagement politique qui feront de nos débats, un creuset d’où naîtront les meilleures idées qui inspireront le progrès dans notre pays. »

Dalein Diallo et Cie ont dû sursauter ou tout simplement rire sous cape en suivant un tel discours inattendu, mais rassembleur à priori. A ce titre, Alpha Condé « souhaite vivement à notre classe politique et à notre société civile de bannir dans leurs discours et actes, toutes attitudes susceptibles d’engendrer la discorde, la haine ou la violence. Car nous avons l’impérieuse obligation morale et patriotique d’offrir une meilleure image de notre compétition politique, de forger notre jeunesse, nos éducateurs et notre presse à une culture du débat citoyen, à une saine compétition débarrassée de tout langage susceptible d’engendrer les germes de la division. »

Cette main tendue suffit-elle à ramener à la raison et dissiper toutes les tensions politiques ? La naïveté politique de Dalein va-t-elle enfin payer ? Autant de questions et d’autres dont les réponses ne sauraient se trouver dans la rue. Mais, dans le cœur d’Alpha Condé dont les virées et autres manœuvres politiciennes d’autrefois devraient appeler plutôt à la retenue.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.