Dalein et les 40 pour cent payés : des craintes sur la planche à billets

Après morts d’hommes, viol sur une jeunes écolière et des dégâts matériels importants, le gouvernement a accepté de céder et de payer les dus des enseignants. Ces 40% sont perçus pour Dalein comme étant une bonne chose, « dans la mesure où ça permet d’améliorer les conditions de vie des citoyens », note-t-il avec nos confrères.

Seulement, voilà ! « Le problème est de savoir, comment cette augmentation est financée. Il y a en général trois possibilités, soit on trouve les moyens d’augmenter les recettes, en ce moment on augmente les impôts et taxes, et les prix augmentent en conséquence. Le pouvoir d’achat de tous les consommateurs est touché mais sur le plan économique ça ne dérange pas l’équilibre macroéconomique mais chaque consommateur paye un peu. La deuxième possibilité, c’est qu’on finance cette augmentation de dépense par une accumulation d’arriérés intérieurs ou extérieurs. Dans ce cas, ça pénalise les PME (petites et moyennes entreprises) qui peuvent tomber en faillite, licencier du personnel et ça aussi c’est un coup pour l’économie », explique le chef de file de l’opposition au micro de Guinée news.

De toute évidence, il n’écarte pas la planche à billets, « C’est-à-dire qu’on ne réussit pas à augmenter les recettes et dans ce cas, on demande à la banque centrale d’augmenter ses avances au trésor public. Mais ça c’est économiquement mortel parce que, qu’est-ce qui se passe, si la masse monétaire augmente démesurément sans que l’offre de devise n’augmente en conséquence, la monnaie se dévalue tout de suite. Si nous sommes dans un système de change flottant, la monnaie se déprécie et comme nous consommons à hauteur de 70 % des produits importés, alors les prix de première nécessité qui sont importés, augmentent aussi et en ce moment tous les consommateurs payent. »

De graves conséquences sont en vue, à cause notamment de l’amateurisme du gouvernement et du mépris d’Alpha Condé et de ses ministres. « N’oubliez pas qu’Alpha Condé s’était trompé parce qu’il a dit que Soumah ne représente rien, c’est un hors la loi. C’était une mauvaise décision. Si très tôt, on avait discuté avec lui avant qu’il ne se rende compte qu’on veut l’humilier et le trainer dans la boue, et qu’il montre qu’il était plus fort, peut-être on aurait une formule consensuelle avec le syndicat », estime Dalein Diallo.

C’est raté !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.