Dalein et Mohamed Alpha Condé : ce qu’on voudrait savoir…

On ne sait pas quand est-ce que le chef de fil de l’opposition a présenté des excuses au fiston du président. On ne sait non plus quels ont été les entremetteurs de la scène. Et mieux, on se demande qu’est-ce que la démarche a apporté à Dalein Diallo.

On vient en revanche de suivre en live ce que peu de Guinéens savaient des relations entre Mohamed Alpha Condé et Dalein Diallo. Dalein dit avoir présenté des excuses au fiston.

Extrait : « Vous vous souviendrez qu’à un moment donné, j’ai présenté des excuses au fils d’Alpha Condé, Mohamed Condé. Certains me l’ont reproché. J’ai dit non, c’est normal que je le fasse, parce que je m’étais trompé. Je dois faire preuve d’humilité, parce que nous avons besoin de ces valeurs demain pour réconcilier les Guinéens. Lorsqu’on a fait une faute, une erreur, quand on se rend compte qu’en était une, il faut le reconnaître et présenter des excuses.  Je l’ai fait. On me l’a reproché. » C’est tant mieux. Ce qui est évident, à un moment, Dalein en a fait un acharnement : il accusait le fils d’Alpha Condé de marchés de gré à gré. Ces excuses sont-elles liées à a ces accusations ou pour d’autres ? Des questions et d’autres qui restent sans réponse.

 Voici tout de même ce que disait Dalein : « Dans le secteur de l’énergie, le fils du président a introduit une entreprise, laquelle a attribué un marché de gré à gré de 180 millions d’euros. Il n’avait ni la compétence technique ni la surface financière pour exécuter un tel projet. Jusqu’à présent, les centrales qu’il devait réaliser ne sont pas opérationnelles. Finalement, le gouvernement a retiré le contrat sans demander aucune indemnisation de l’entreprise. Parce qu’il avait déjà perçu presque la totalité du montant. Par la suite, le gouvernement a attribué ce marché à une autre entreprise appartenant à un ami d’Alpha Condé pour 50 millions de dollars. »

Dès la prise du pouvoir par Condé, il l’avait tranché : « Mon fils n’est pas homme d’affaire, ni un entrepreneur en quoi que ce soit. Il a fait des études aux USA, il a travaillé au Brésil, puis à Londres et il est revenu pour m’aider ici après le décès de mon frère Malick. Je parle mal l’anglais et lui est anglophone, aussi lui-ai demandé de me servir de traducteur et de suivre pour moi les dossiers. Pour le reste, je n’ai aucun homme d’affaire dans ma famille. » Les Guinéens sont désormais enclins à juger. Au-delà des excuses de Dalein Diallo. Nul n’est dupe ou aveugle.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.