Dalein prévient : qu’ ‘’avec des élections transparentes n’importe qui peut battre Alpha Condé’’

Au lendemain de son investiture comme candidat de l’UFDG à la présidentielle du 18 octobre prochain, Cellou Dalein Diallo a déposé ce lundi 07 septembre son dossier de candidature à la Cour Constitutionnelle.

Accompagné de son épouse, des cadres du parti et ses militants, le leader de l’UFDG  a drainé une foule à sa sortie de la Cour Constitutionnelle.
S’exprimant sur les enjeux de ce scrutin présidentiel, au cours d’un point de presse tenu dans les locaux de la Cour Constitutionnelle, Cellou Dalein Diallo a d’abord rappelé le contexte dans lequel se tiennent ces élections présidentielles :

« Vous l’avez suivi hier, j’ai été investi par l’UFDG comme candidat du parti dans l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Je suis très fier de cette confiance et je vais l’assumer. Nous nous sommes battus depuis un an pour empêcher Alpha Condé de tripatouiller la Constitution à l’effet de s’octroyer un 3è mandat. L’UFDG a estimé qu’il faut continuer ce combat dans les rues et les places publiques à travers les manifestations. Mais qu’il faut aussi le continuer dans les urnes. Parce qu’il y a une opportunité aujourd’hui pour obtenir l’alternance que nous souhaitons », a indiqué le Président de l’UFDG.

Finaliste des deux dernières présidentielles (2010 et 2015), Cellou Dalein Diallo n’a pas fait de cadeau au président sortant Alpha Condé qui tente de briguer un 3ème mandat.

Pour le principal opposant du régime, « Alpha Condé est décrié et rejeté par toute la population »

«  Vous suivez ce qui se passe dans ce qu’il considérait comme son fief traditionnel en Haute Guinée (Kankan) ? », s’interroge-t-il.

«  Les gens se sont rendu compte qu’il n’a pas respecté ses engagements. Le peu d’infrastructure qui existe dans cette région, c’est celle laissée par le Général Lansana Conté. En dehors de la route Kouroussa-Kankan-Kourémalé, est-ce qui existe comme infrastructure ? Et pourtant, des fonds colossaux ont été engagés notamment dans le cadre de la fête tournante. Mais c’était des marchés surfacturés qui permettaient juste au clan de s’enrichir. Aujourd’hui, on a des flux financiers énormes dans le pays en raison de la forte augmentation des exportations des bauxites. Cet argent profite au clan présidentiel. Regardez l’état de nos routes aujourd’hui. Pour aller à Kankan, il faut aller à Bamako. J’ai entendu dire que sur le réseau interurbain, qu’il n’y a que 2200 km de routes revêtues. Mais tenez-vous bien, lorsque moi, je quittais le Ministère des Travaux publics, il avait 2200 km de routes revêtues. », a renseigné l’ancien Premier ministre.

Selon Dalein, qui doit affronter le Président sortant pour la 3ème fois, « Aujourd’hui, avec des élections transparentes, n’importe qui peut battre Alpha Condé ».

Après donc le dépôt de son dossier de candidature, Cellou Dalein a drainé une foule acquise à sa cause dans les rues de Kaloum.

Partis de la Cour Constitutionnelle, Dalein et ses militants ont marché du ront point du Port jusqu’au ministère de l’urbanisme, où un mur sécuritaire a bloqué le passage obligeant le leader de l’UFDG et ses militants de suivre l’itinéraire Banque populaire Maroco-guinéenne, Sotelgui-Marché Niger-Tombo –Donxka-Dixinn, afin d’éviter leur passage devant le palais Sékhoutouréya.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.