Dalein répond à Cheick Sakho : « On ne peut pas continuer à se soumettre à une décision injuste »

On ne sait vraiment pas quelle mouche a encore piqué le Garde des Sceaux. En profond sommeil, sclérosé et sans repères ni bilan, Me Cheick Sakho sort de nulle part pour parler – tenez-vous bien – d’Etat de droit, alors qu’il est l’incarnation même de la violation du droit dans toute sa dimension.

Alors qu’on cherche, même naïvement, à trouver une sortie de crise négociée au niveau de la CENI, des opposants et du pouvoir, Me Sakho le pied dans le plat lâche : « La décision du magistrat est définitive. C’est la loi qui le dit. La CENI ne peut pas modifier les résultats, elle peut rencontrer les partis politiques et tout, mais elle ne peut pas changer la décision arrêtée par les magistrats dans le cadre d’un contentieux, et c’est dans la loi. Si on veut l’appliquer, c’est tout cela. Les décisions de la justice ne peuvent faire l’objet d’un recours, d’un appel. C’est dans la loi, ce n’est pas inventé. Donc, il appartient à la CENI de respecter la loi et d’appliquer la loi. C’est aussi simple que ça. Nous sommes dans un État de droit, c’est la loi qui doit régir tous dans le pays.»

Naturellement, il n’en fallait pas plus pour s’attirer les foudres de Dalein Diallo, lequel a dénoncé ce qu’il appelle « discours contradictoires des membres du gouvernement. » Il estime que les conflits, ce sont l’injustice et la violation des droits des autres. « J’entends le ministre de la Justice dire que même si la justice prend une mauvaise décision ont doit se soumettre, une fois, deux fois, trois fois mais on ne peut pas continuer à se soumettre à une décision injuste. » Sauf que, précise la CENI : « Il ne nous appartient pas de changer les résultats qui ont été proclamés. Par contre, si nous parvenons à comparer ces PV, nous dresserons un rapport. Par la suite, on verra ensemble ce qui doit être fait. »

Comprendra, celui qui le voudra.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.