Dalein-Sylla (UDG) : au-delà des rancœurs d’hier !

«J’ai contribué au limogeage de CellouDalein. Oui je l’ai fait. » Mamadou Sylla, alors tout puissant patron de la Holding Futurelec et homme de main du vieux général de Wawa, comme un trophée de guerre, brandit aujourd’hui sa nuisance dans la chute précipitée de Dalein Diallo, alors Premier ministre sous Lansana Condé.

A travers cette sortie, l’homme d’affaire et leader politique a mis à nue la déliquescence de l’Etat sous Lansana Conté. Des années après la chute précipitée de Dalein Diallo, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Dalein est encore là. Mamadou Sylla est aussi là. Si le premier continue son ascension, parce que visant haut, la magistrature suprême, le second quant à lui peine à trouver une réelle conviction politique. Aujourd’hui, il est opposant, demain, il est allié au pouvoir et charme le président pour jouir du statut de chef de file de l’opposition.

Dalein et Sylla, alors alliés d’hier restent quand même des voisins. Aucune rancœur ne milite en faveur d’une quelconque animosité. En dépit des coups bas politiques, parfois apparents. Dalein accepte l’homme d’affaire. Il prend de la hauteur, avec une réelle humilité qu’on lui reconnait depuis toujours. Il n’empêche que Sylla se lâche par endroits : «Il a décidé de me combattre à cause de son parent, Super Bobo, qui était mon vice-président à l’époque. Parce qu’avant qu’il ne soit nommé Premier ministre, moi j’étais président du Patronat, président du Conseil des chargeurs. Et quand il a été nommé, ses parents lui ont dit qu’il fallait m’abattre parce que je contrôlais tout. »

Une telle déclaration, pour le moins hasardeuse et somme toute, subjective favorise davantage le clivage ethnique et du coup, catalogue Dalein Diallo comme un homme au service de sa communauté. Le leader de l’UFDG semble pour sa part ne point tenir compte des sorties de l’homme de Dixinn bora. Il est animé d’un seul et unique sentiment : Dalein-Sylla (UDG) sont tous au service de la Guinée, au-delà des rancœurs d’hier. Et qui sait demain ? La roue tourne tout de même, dit-on !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.