Damaro a-t-il caporalisé le Parlement ?

Il s’agrippe à son machin trouvé au forceps et au prix du sang des Guinéens. Damaro Camara se délecte déjà du Parlement qu’il gère avec autant de mépris congénitale que d’arrogance à l’endroit des opposants d’hier devenus par la force de l’argent, des alliés du RPG, pour légitimer une Assemblée nationale qui n’en est vraiment pas une. C’est ainsi qu’on est tenté de nous poser cette question : Damaro Camara a-t-il caporalisé, inféodé le Comité centrale du RPG, transformé en Assemblée nationale ?

Un allié de Dalein Diallo devenu un opposant farouche à celui-ci avant de se transformer en caisse de résonnance du parti au pouvoir semble avoir trouvé la réponse à la vive préoccupation. Il s’agit d’Abdoulaye Kourouma. Auparavant membre du bureau de l’Assemblée, l’opposant opposé se lâche dans la presse locale.

Extrait : « Je veux parler  du bureau qui est en majorité le RPG arc-en-ciel. Le règlement intérieur a été changé uniquement pour sortir  Abdoulaye Kourouma du bureau. Vous avez l’ancien règlement intérieur, (articles 17 et 20) qui dit que le bureau est dédié pour un an renouvelable au début des sessions. Maintenant le nouveau règlement dit qu’à la fin des sessions. Pour vous dire que le début a été modifié par la fin. »

Selon cet ancien opposant dont la mission est était de remplacer Dalein en qualité de chef de file de l’opposition, les RPGiste« sont passés de 5 vice-présidents à 7 vice-présidents, plus les avantages du président de l’Assemblée. » Damaro aurait donc réajusté sa posture financière afin d’être confortable et éventuellement tenter une mission ultime : devenir le président de la République.

En tout cas, selon Kourouma, « on était devenu quelqu’un à neutraliser parce qu’on n’avait pas les mêmes positions dans le cadre de la modification des lois organiques pour donner l’avantage à un individu ou à un système. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.