Décès de Jerry John Rawlings, le père de la démocratie au Ghana

L’ancien président du Ghana, Jerry John Rawlings est décédé ce matin à l’âge de 73 ans. Il est présenté comme étant celui qui a initié le Ghana à la démocratie.

Jerry John Rawlings a certes pris le pouvoir à deux reprises par un coup d’Etat militaire. Mais il a tout de même la réputation d’être celui qui a conduit le Ghana vers l’émergence et la stabilité démocratique. 

Il est décédé ce jeudi (12.11.2020) à l’âge de 73 ans, d’après une source de la présidence du Ghana. Cette source n’a donné aucun autre détail sur les causes du décès de l’ancien président.

Né le 22 juin 1947 à Accra d’un père écossais et d’une mère ghanéenne, il entre en 1967 à l’académie militaire, qu’il quitte un an plus tard pour entrer dans l’armée de l’air, où il excelle comme pilote.

De l’autoritarisme à la démocratie

L’avènement de Jerry John Rawlings au pouvoir en 1979 et en 1981 a été marqué par une gouvernance autoritaire. On lui reproche des exécutions d’officiers de l’armée, parmi lesquels le général Frederick Akuffo qu’il a renversé lors du premier coup d’Etat

Le Ghana pleure un leader influent

Il a motivé son second putsch par la dénonciation de la corruption et de la mauvaise gouvernance au sommet de l’Etat.

Mais c’est aussi lui qui a initié la transition du Ghana vers le multipartisme. Il a remporté l’élection en 1992 après l’adoption d’une nouvelle Constitution, puis en 1996 avant de démissionner en 2001, année où il a transféré le pouvoir au président John Kufuor.

Ce décès survient à quelques semaines de l’élection présidentielle que le Ghana organise le 7 décembre 2020. Le scrutin oppose l’actuel président Nana Akufo-Addo à son rival de l’opposition, John Mahama qui défend les couleurs du National Democratic Congres (NDC). Réagissant sur Twitter, John Mahama également un ancien président du Ghana, a annoncé qu’il suspendait sa campagne politique.

Jerry John Rawlings jouit de la réputation d’avoir permis au Ghana d’être considéré aujourd’hui comme la démocratie la plus solide en Afrique de l’Ouest, avec un cycle régulier d’alternance au pouvoir des deux principaux partis politiques du pays. 

Sous son régime, le Ghana a libéralisé son économie, attirant de nombreux investisseurs dans les secteurs du pétrole et de l’or.

Jerry John Rawlings laisse le souvenir d’un leader politique dans son pays qui a assuré plusieurs fonctions diplomatiques au plan international. Il a notamment été le représentant de l’Union africaine en Somalie.

Source: www.dw.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.