Décharge de la minière : bientôt inaccessible !

 

Les montagnes d’immondices ont fini par envahir la déjà cloutée bretelle qui mène à la décharge de la Minière. Les fouineurs qui y ont érigé des auvents de fortune où une peuplade constituée pour l’essentiel de jeunes femmes et de jeune hommes. Ils récupèrent, recyclent tout ou presque. Certains y dorment là. Les camions poubelles ne se trouvent plus de passage.

D’un côté, la bretelle est devenue impraticable, de l’autre, elle est envahie de détritus. Cette situation semble préoccuper Oumou Camara. La ministre des Travaux Publics a en effet informé le Conseil des ministres de la problématique de l’accès à la décharge de la minière qui doit être faite en béton avant la saison des pluies. Récemment, au cours d’une rencontre, le Ministre Boureima Condé « a relevé les résultats non satisfaisants obtenus en matière d’assainissement au cours de la dernière décennie et rappelé la mise en œuvre en 2014 d’un programme intérimaire d’assainissement et de la réforme du sous-secteur de la gestion des déchets solides. » Pourtant, l’ancrage institutionnel actuel de la gestion des déchets solides est conforme au Code des collectivités.

Il reste que « la vétusté du matériel de transport des déchets et souhaité l’acquisition de six camions lève conteneurs. Il a aussi évoqué l’état de la décharge de la minière qui, avec des travaux de réhabilitation, pourrait continuer à recevoir des ordures jusqu’en 2020 en attendant l’aménagement du nouveau site identifié à Khorira dans Dubréka. »

Boureima Condé a cité les acteurs institutionnels d’accompagnement qui sont : l’Agence Nationale d’Assainissement de la Salubrité Publique (ANASP), le Gouvernorat, le Ministère de l’Environnement, le Ministère de la Communication et les Ministères en charge du Budget et des Finances. Il est question aujourd’hui du recrutement des PME/GIE, celle des dossiers d’appels d’offres, la poursuite du programme intérimaire, la passation de service entre le Comité Technique Provisoire et la nouvelle direction de l’ANASP. C’est ainsi
qu’une Commission interministérielle chargée de mettre en œuvre une politique d’assainissement qui sera conforme aux orientations du gouvernement est mise en place. Selon le communiqué du gouvernement, « Cette Commission abordera également la problématique de la collecte l’entreposage, le transfert et la décharge des ordures sur des sites loin des centres urbains. »

Depuis cette annonce, toujours rien.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.