Dégel politique : L’UFDG se réveille-t-elle enfin ?

Il était temps, pourrait-on dire. Silencieuse et faisant naïvement confiance au président de la République depuis la rencontre entre ce dernier et Cellou Dalein Diallo, le 1er septembre 2016, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) semble en passe de sortir de son sommeil. C’est tout au moins l’impression que donnent les propos qu’Ousmane Gaoual Diallo, le conseiller politique du leader de l’UFDG a tenus, le samedi dernier, à l’occasion de l’AG ordinaire.

Ce qui semble avoir alerté le député de l’UFDG, c’est le temps que l’on met à mettre en œuvre l’accord politique du 12 octobre 2016. Un mois depuis que le document est signé, mais rien de concret se profile à l’horizon. Le seul acte qui ait été posé, c’est une réunion du comité de suivi qui est restée sans suite. Par ailleurs, à l’issue de son audience avec Cellou Dalein Diallo, le 1er septembre, Alpha Condé avait promis un certain nombre de choses dont l’installation du chef de file de l’opposition dans ses fonctions. Depuis, rien. Pendant ce temps, Cellou Dalein Diallo s’efforce de respecter tous les engagements qu’il a souscrits. Ainsi, se rend-il à toutes les rencontres officielles auxquelles il est convié.

Cette lenteur, Ousmane Gaoual Diallo ne la supporte et y voit même une tentative de remise en cause des engagements de la part du camp d’en face. Et c’est pourquoi le député de l’UFDG, devant ses militants, a lancé : « L’accord politique obtenu par la bienveillance et la bonne volonté du chef de file de l’opposition, est pour l’instant ignoré par le chef de l’Etat, ignoré par son gouvernement, piétiné par la mouvance ».

En conséquence, mettant momentanément de côté la trêve politique poursuit : « A l’UFDG, on obtiendra que ce qu’on ira arracher. Ce pouvoir ne connait pas le dialogue, ne connait pas le compromis. Tout ce qu’il sait, c’est établir les rapports de force ».

Voilà qui sonne comme une rupture de confiance. Et la perspective d’une reprise des hostilités. Pour beaucoup d’observateurs, cette issue est dans l’ordre normal des choses. Même si, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et ses responsables parient naïvement sur le contraire. Heureusement qu’ils commencent à se réveiller.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.