Délinquance économique : «la situation est grave », déplore Lansana Diawara

Membre actif des forces sociales à l’origine du mouvement de protestation contre la hausse du prix du carburant, Lansana Diawara dénonce le manque de volonté du gouvernement à satisfaire les revendications légitimes des forces sociales.

Après la marche avortée des forces sociales, le Directeur Exécutif de la Maison des associations, invite le gouvernement à lutter contre la corruption et les détournements dans l’administration :
« On ne peut pas accepter qu’un gouvernement lui-même il ne peut pas serrer la ceinture, à chaque fois on demande aux citoyens serrer la ceinture. Comme pour dire, c’est aux citoyens de payer les frais de la
délinquance financière des certains membres du gouvernement ou commis de l’Etat. Raison pour laquelle, pour nous, cela est inadmissible », regrette Lansana Diawara.

 Tout récemment, ajoute-t-il, « lorsque le Premier ministre Kassory était à l’Assemblée nationale, il a dit que plus de 600 milliards de francs guinéens, sont perdus des radars. Des radars des délinquants  économiques qu’eux ils connaissent déjà, parce qu’au moment où vous savez que l’argent a été pris, vous pouvez avoir la capacité de
déceler qui a pris le montant ou qui a été corrompu. ».

Mais cet activiste de la Société civile ne va pas se limiter là. Il s’en prend ouvertement au Premier ministre Kassory Fofana et son gouvernement qu’il tient pour responsables de cette situation catastrophique.

 « On a vu un jugement tout récemment en Belgique où le Premier ministre Kassory lui-même a été cité dans l’affaire, un ministre en fonction a été condamné bien qu’il a interjeté l’appel. Nous allons voir tout ça au
clair, la situation est grave ! »

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.