DEMEMBREMENTS DE LA CENI : L’opposition ne désarme pas

Après la sortie-bilan de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur les opérations d’installation des démembrements en prélude aux élections locales, c’est une autre lecture qu’en a fait l’opposition guinéenne à l’issue d’un conclave qu’elle a eu hier au QG de l’UFDG de Hamdallaye. Sur la question précise de ces démembrements, le porte-parole des opposants, Aboubacar Sylla, a rappelé l’installation de 14 Commissions électorales préfectorales indépendantes (CEPI) achoppe sur la question de l’Union des forces républicaines (UFR). Par ailleurs, le leader de l’UFR a précisé que son camp politique a entrepris des démarches qui, jusqu’ici, demeurent sans suite.
Estimant qu’aux yeux de la loi, le parti du Haut-représentant du chef de l’Etat et dont un autre cadre en la personne de Mohamed Tall est dans l’actuel gouvernement, Aboubacar Sylla, au nom de l’ensemble de ses camarades de l’opposition, a indiqué qu’il n’est pas question qu’on laisse l’UFR se tailler une place dans le quota accordé à l’opposition.
A propos, il a précisé que son camp a déjà pris contact notamment avec le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation. Le général Bouréma Condé aurait reconnu le bien-fondé des plaintes de l’opposition et aurait promis d’examiner favorablement la question. Mais au-delà d’un tel engagement, Aboubacar Sylla pense qu’on veut jouer la montre. Ainsi, selon lui, « Nous avons l’impression qu’on veut faire pourrir la situation. Nous pensons qu’on veut nous divertir avec ce problème de démembrements pour nous faire perdre de vue des questions essentielles ».
Et c’est pourquoi dans le cadre des mêmes démarches, l’opposition dit avoir également pris contact avec la justice. Naturellement, les espoirs ne sont pas plus grands, mais il fallait entreprendre la démarche républicaine. Tout au moins pour la forme.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.