Départ poussif de Kassory Fofana

De bonnes intentions dans un discours de politique générale, somme toute salué en dépit du goût d’inachevé, une consultation tous azimuts des acteurs politiques entre autres, une volonté affichée de combattre les délinquants économiques, etc., Kassory Fofana avait l’air de bien entamer sa période de grâce. Celle-ci, selon toute vraisemblance prend court.

En lieu et place, un départ poussif : grogne des syndicats, coupures intempestives du courant, augmentation sans consultation préalable avec les partenaires sociaux du prix du carburant à la pompe, vent de corruption du côté de la Belgique, etc. Le nouveau premier ministre traverse une période bien difficile. Depuis lundi en effet, Conakry est morte. Les activités sont au ralenti. La peur dans le ventre des concitoyens. Des mouvements de protestations de la société civile et ceux des syndicats donnent actuellement au PM du grain à moudre. Au même moment, les acteurs politiques grincent les dents, suite à la volonté du pouvoir d’installer les nouveaux maires dans certaines circonscriptions électorales. C’est bien le malaise.

Les amis politiques du PM menacent de réagir au cas où. Les acteurs syndicaux, eux, poings fermés, exigent le retour du prix officiel du carburant avant toutes négociations. On ne sait plus, par quel bout de priorité Don Kass va entamer sa gouvernance. Déjà, les Guinéens commencent à s’impatienter. Excédés par des années durant de fausses promesses, ils n’entendent plus donner trop de temps à l’actuel PM, malgré les discours de bonnes intentions. Les jours à venir, Kassory aura bien à faire avec un climat délétère de tous les côtés. Finie donc la période de grâce.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.