Député incarcéré : Kondiano n’est pas Biro Diallo

Le simple fait de penser au président de l’Assemblée nationale ou de ce qui y ressemble, on a du dégoût pour cette Institution dite républicaine. Le bout d’homme qui est haut perché là-bas n’a de bouche que pour retirer la parole à certains députés remuants de l’opposition. Les membres de sa famille politique sont des princes et princesses qui décident à sa place et parlent à sa place dans et hors du Parlement.

Le cas de Nantou Chérif est patent et…révoltant en évoquant la suspension des émoluments des députés. L’autre cas remonte concerne l’incarcération du député de l’opposition. Ousmane Gaoual Diallo est dans les griffes des flics politiques, à la solde de son bourreau qui a pour nom Alpha Condé.

L’affaire fait grand bruit. Des partis politiques alliés l’UFDG, ceux de l’opposition non républicaine, voire de la mouvance, à travers un certain Laye Junior Condé, pourtant rigide à un moment donné ont réagi favorablement. Soit pour soutenir ouvertement le député soit, à travers des emphases condamner la violation du statut de député. Mais, la voix la plus autorisée du parlement la boucle. Sans aucun mot. C’est absolument sidérant. Kondiano est loin du vieux Biro Diallo, alors premier président de la toute législature guinéenne.

Alpha Condé en sait quelque chose. C’est ce président de l’Assemblée nationale, militant convaincu du PUP de Lansana Conté qui s’était fait voix, afin de libérer l’opposant historique devenu aujourd’hui un despote anthologique, allergique à la démocratie, après plus de 40 ans de lutte pour l’instauration de celle-ci. Kory Kondiano n’est pas El hadj Boubacar Biro Diallo. De par le charisme, de par l’aura, de par l’élection, de par l’audience, etc. Juste une imposture qu’il faut dégager.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.