Des pharmaciens s’approvisionnent-ils au marché de Madina ?

C’est une réelle bataille aujourd’hui entre les commerçants grossistes et importateurs de produits pharmaceutiques et la corporation des pharmaciens de Guinée. Au cœur du problème : l’exclusivité de l’importation des médicaments. Des intérêts sont en jeu.

D’un côté, les commerçants – souvent appelés, peut-être à tort de ‘’par terre’’ – qui rendent plus accessibles les médicaments et dans toute la République. De l’autre côté, des pharmaciens en mal d’inspirations voulant coûte que coûte à anéantir un partenaire qui prend du surplace. Aujourd’hui, on se rend compte qu’il y a bel et bien des pharmaciens qui s’approvisionnent en médicaments auprès des commerçants de Madina. La seule différence entre les deux commerces, c’est éventuellement la conservation des produits.

*C’est du moins, ce que laissent entendre certains. Sauf que, dénonce un porte-parole des exportateurs, il y a bien des pharmacies qui ne disposent même pas de groupe électrogène, alors qu’à Madina, un groupe est dédié pour conserver les produits. L’Etat, en témoin de la bataille entre les deux partenaires reste muet. L’unique chose qui l’intéresse, ce sont les taxes qu’il engrange.

L’évidence est aussi qu’à bien des endroits en République de Guinée, il n y a point de pharmacies. La population achète chez le boutiquier le plus proche, tous les produits ordinaires. Ce qu’il faut par ailleurs noter, c’est un problème à part entière auquel l’Etat devrait faire face : trop d’enjeux financiers, trop de risque d’empoisonnements, … C’est une question de responsabilité, mais surtout de préservation de la santé publique.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.