Des vendeurs des produits pharmaceutiques accusent l’administrateur du marché Niger : ‘’Il nous a demandé 5 millions chacun ….’’

Près d’une semaine après la décision des autorités guinéennes de fermer toutes les boutiques et lieux de vente illicite des produits pharmaceutiques, une odeur de corruption s’invite dans le débat.

Alors qu’une équipe mixte constituée des agents du Ministère de la Santé, des services de police et de la gendarmerie, des autorités du Gouvernorat de la ville de Conakry et les Mairies des différentes circonscriptions du pays s’active à veiller au grain l’application de la décision de la Cour de Répression des Infractions Economiques et financières (CRIEF), des marchands des produits pharmaceutiques portent des graves accusations contre l’Administrateur du marché Niger, Monsieur Amadou Sylla.

Selon Saidou Diallo, vendeur des produits pharmaceutiques au marché Niger, qui s’est confié à notre rédaction, jeudi matin, l’administrateur du marché Niger, Amadou Sylla a au cours d’une réunion demandé chaque marchand de payer 5 millions de francs guinéens.

« Aujourd’hui, nous sommes préoccupés par la fermeture de nos boutiques et magasins par l’administration du marché qui s’est fait accompagner par des agents de police et de la gendarmerie nationale. Contrairement au marché Madina, où les vendeurs ont fermé eux-mêmes leurs boutiques et magasins, ici au marché Niger, nous avions également fermés, mais les autorités ont envoyé d’autres cadenas pour procéder la fermeture alors qu’on a nos marchandises à l’intérieur. Hier, au cours d’une réunion de travail qu’on nous a convié, lorsque la question de fermeture de nos boutiques a été évoquée, l’administrateur du marché Niger Monsieur Amadou Sylla a exigé à ce que chaque marchand paye 5 millions de francs guinéens pour rouvrir sa boutique », déplore -t-il. Et Monsieur Diallo d’ajouter : « Nous, ça nous étonne parce quand on a demandé de fermer, nous on a fermé, si on nous demande de payer de l’argent encore pour qu’on réouvre on se pose de questions. », s’interroge ce marchand des produits pharmaceutiques.

Dans le souci de recouper l’information, nous avons cherché à joindre le mis en cause dans cette affaire de corruption présumée. Au bout du fil, M. Sylla Amadou rejette les accusations portées contre lui.

 « Ce n’est pas vrai ! Moi je suis de la commission nationale depuis vendredi je ne suis pas allé à mon bureau. Eh mon frère le guinéen est méchant.  Ils sont en train de mentir sur les gens. Seulement il y a deux d’entre eux qui ont été arrêtés et conduits à la DPJ, explique l’administrateur général du Marché NIger.

De son côté, Monsieur Mamady Kébé nie toute implication de l’administration du marché à la fermeture des magasins et boutiques des produits pharmaceutiques.

Selon lui, la décision de fermer les points de vente illicite des médicaments est venue du gouvernorat de la ville de Conakry.  Ce sont les agents de la police et de la gendarmerie qui ont pris la décision de fermer les boutiques et magasins jusqu’à nouvel ordre ;

En attendant de tirer cette affaire au clair, vendeurs des produits pharmaceutiques et autorité s’accusent mutuellement.

Affaire  suivre….

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.