Dialogue inter guinéen : le Premier ministre file la patate chaude !

La relance du dialogue politique inter guinéen patine. Les accords du mois d’août 2015 dorment encore dans les tiroirs. Leur application piétine. Ce qui révolte l’opposition républicaine, laquelle jette son dévolu désormais sur les marches pacifiques que confère la Constitution.

Aujourd’hui, la relance du dialogue constitue une réelle pomme de discorde entre opposition qui ne lâche pas et un pouvoir qui qui use du déni et de l’entêtement. La gestion de ce dialogue revient au Premier ministre Mamady Youla. Déjà à l’étroit et peu enclin, faute de poigne, le chef du gouvernement file la patate chaude à Boureima Condé. La même logique qu’avait suivie un certain Mohamed Said Fofana. La suite on la connait : Alhassane Condé a créé le désordre avant d’être débarqué et confiné à la Présidence de la République. Actuellement, le gouvernement consulte les partenaires étrangères telles que l’Union européenne pour voir ensemble quels voies et moyens faut-il pour relancer le dialogue et donc favoriser l’implication effective de l’opposition républicaine.

On se rappelle que celle-ci avait boudé la dernière rencontre à laquelle elle était pourtant conviée – sans aucune forme appréciable et appelant à la sérénité. Pour les opposants il est question de tirer un trait entre l’UFDG, PEDN, UFR, etc. Ces partis, selon l’opposition républicaine ne doivent pas être logés à la même enseigne. Cette interpellation semble avoir trouvé des échos favorables.

Du moins, à en croire des sources bien informées auprès du ministre Boureima Condé. Peut-on donc estimer que c’est l’apaisement ? Rien ne rassure…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.