DIALOGUE POLITIQUE : La dernière exigence de l’opposition

A un peu plus d’une semaine de la date du 4 août que l’opposition guinéenne a choisie pour la reprise de ses manifestations de rue, elle a brandi une nouvelle exigence à toute éventuelle réouverture du dialogue politique en Guinée. En conclave ce lundi même au QG de l’UFDG, les opposants, en l’absence de Cellou Dalein Diallo, invité à la convention du parti démocrate, ont en effet récusé le ministre de la justice, Me Cheick Sako, comme facilitateur de cet éventuel dialogue.

Initialement, le garde des sceaux, président du cadre national de dialogue politique, était apprécié pour son impartialité et sa conduite équilibrée des débats. Mais depuis, de l’eau a coulé sous le pont. Estimant qu’il a rejoint le camp des faucons et des démago, l’opposition ne veut plus le sentir. Un revirement qui n’est sans rapport avec les accrochages que le ministre a eus avec quelques responsables de l’UFDG. On se rappelle notamment des échanges peu amicaux avec Ousmane Gaoual Diallo au sujet du verdict dans le procès contre le général Nouhou Thiam et Cie.

En outre, ces derniers temps, la conduite et les communications du ministre dans le dossier relatif à l’assassinat de Mohamed Koula Diallo, ne rassurent pas non plus l’opposition guinéenne. Du coup, sa récusation n’est pas nécessairement une surprise.

Anna Diakité, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.