Dialogue politique en panne : les leçons de Doré aux opposants

Il refait surface avec ses invectives à peine voilées à l’endroit des opposants – comme lui, il ne l’est plus. Jean-Marie Doré fait la morale à ses pairs de l’opposition.

A l’en croire, il a la solution magique à la sortie de crise mais, « je les explique dans le cadre de notre stratégie. Ce ne sont pas les gens qui nous ont refoulés en disant que nous on n’est même pas des guinéens, parce que pour eux, être guinéens, il faut être opposants (rires), Dieu soit loué que moi je ne sois pas de cette opposition-là. C’est d’une telle absurdité. » Ruminant haine et rancœur à l’endroit des opposants, JMD estime qu’il faut raisonner, il faut réfléchir. Et d’ajouter : « Ce n’est pas une affaire d’amour propre. Quand on fait la politique, il faut évacuer les amours propres, il faut évacuer les états d’âme. Les gens croient que c’est parce qu’ils ont créé un petit parti, ils ont des sigles qu’ils sont des hommes politiques, mais non ! C’est une longue marche. »

Il dit regretter « profondément qu’on ait mis fin à la poursuite du processus du dialogue. » A son avis, il faut revenir à la table des négociations, « pas pour radoter mais pour dire des choses sérieuses. Pour dire ce qui est compatible avec la réalité et ce qui ne l’est pas. Parce qu’en dépit de tout ce qui compte, c’est l’organisation du scrutin de telle manière qu’il soit régulier. C’est-à-dire qu’il y ait moins de tricherie possible. » Sacré Doré.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.