DIFFEREND SENEGAL-GAMBIE : La médiation Alpha Condé peu efficace

Faisant le compte-rendu de son dernier périple en Afrique, le bureau de presse de la présidence de la République dit que sur son chemin de retour de Kigali, Alpha Condé a fait une escale à Banjul (Gambie) où il se serait « impliqué dans le différend sénégalo-gambien ». Et quand l’occasion fut donnée au chef de l’Etat lui-même de s’exprimer dessus, faisant montre d’une certaine modestie, il a tout de même déclaré : « Nous sommes sûrs qu’on arrivera à une solution heureuse sur l’ensemble des problèmes pour le bien de la CEDEAO et de l’OMVG ».
Vu qu’il ne s’informe pas, on ne sait si son optimisme a été battu en brèche. En effet, ce même dimanche, alors qu’il se disait sûr qu’ils arriveraient à une « solution heureuse », quatorze longues heures de discussion n’auront pas permis aux Sénégalais et aux Gambiens de s’entendre. Achoppant essentiellement sur la question du pont dont la construction est exigée par les conducteurs sénégalais, les discussions sont reportées au mois de juillet. Or, en termes de calendrier, le président guinéen invoquait l’imminence du mois de Ramadan pour justifier que les parties en viennent à une solution à ce différend frontalier.
En dépit donc de l’escale d’Alpha Condé à Banjul, il n’aura pas réussi à débloquer la crise. Un petit échec diplomatique qui n’est pas pour remonter sa cote en tant que médiateur. Déjà, on sait comment il avait géré la crise en Guinée Bissau. Après lui avoir confié la gestion des dernières mésententes politiques dans cet autre pays de la sous-région, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) s’était par la suite ravisée. Finalement, c’est l’ancien président nigérian, Olesegun Obasanjo qui avait hérité du dossier. Et pour ne pas que l’inefficacité du président guinéen se révèle au grand jour, on lui avait laissé la dimension symbolique.  
 Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.