Diminution des bus de la Sotragui en circulation, un grand calvaire pour certains citoyens de Conakry

Depuis plusieurs mois, la Société de transport de Guinée (Sotragui) est en difficulté. Et la fuite de l’ancien directeur général n’a fait que renforcer la crise qui secoue l’entreprise. Sur la centaine de bus mis en circulation, plus de 80 sont immobilisés. Une situation qui constitue un réel calvaire pour de nombreux habitants de Conakry. Sur les différents axes routiers de la capitale, à savoir la route Le Prince, l’autoroute Fidel Castro et la Corniche-nord, il ne resterait plus que 7 bus en circulation.

Les clients de la Sotragui qui empruntaient ses bus n’ont plus d’autres choix que de se tourner vers les minibus «magbana» voire les taxis, dont les prix de transport sont jugés chers par bon nombre d’entre eux. Selon des témoignages recueillis auprès des étudiants, certains chômeraient les cours par manque d’argent pour les frais de transport. À titre indicatif, circuler dans la ville de Conakry à bord de ses bus ne dépassait pas 3 000 francs. Ce qui permettait aux étudiants qui les empruntaient pour aller aux différentes universités de faire des économies.

Et pour ne rien arranger, c’est au tour du train Conakryexpress de tomber en panne, compliquant davantage la circulation dans la capitale guinéenne. Un problème que le gouvernement devrait prendre à bras-le-corps pour le bonheur des citoyens dont le niveau de vie ne leur permet pas de s’acheter un véhicule personnel.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.