Disparition du Cdt Hassimiou: « Le ministre de la Défense nationale n’a jamais convoqué un militaire », réagit ALladji Cellou


Le Directeur de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA), a réagit aux informations selon lesquelles, le Commandant Hassimiou Camara, porté disparu depuis le jeudi 11 octobre, à la veille de la manifestation du FNDC, a été arrêté.

Sur sa page facebook, Aladji Cellou Camara, précise : « Lorsqu’un militaire est soupçonné d’avoir commis une infraction, il est convoqué par un Officier de police judiciaire qui constate les infractions, réuni les preuves et défère l’intéressé devant le Procureur du tribunal militaire lorsque l’infraction est de la compétence de cette juridiction. Il revient au procureur, uniquement à lui, d’engager des poursuites. En AUCUN CAS le ministre de la Défense nationale ne convoque un militaire. Par contre, le procureur militaire peut demander une autorisation de poursuite au ministre de la Défense lorsqu’il s’agit d’un officier supérieur. Dans le cas d’un officier général, la demande d’autorisation de poursuite est adressée au ministre en charge de la Défense nationale qui la transmet au président de la république.
Le ministre de la Défense nationale n’a jamais convoqué un militaire. Ni hier, ni aujourd’hui. Ce n’est pas son rôle. », a indiqué le Directeur de l’Information et des Relations Publiques des Armées (DIRPA).

Et pourtant, la famille du commandant Hasmiou Camara, en service au bataillon des troupes aéroportées(BATA), au camp Alpha Yaya Diallo, soutient que le militaire a bel et bien été arrêté et détenu dans un lieu inconnu.

Son épouse, Mariame Sall, qui s’est exprimée vendredi à la presse locale soutient la thèse d’une arrestation :

« Depuis le jeudi passé, après le service, mon mari m’a dit qu’il est appelé par leur ministre Mohamed Diané, à la commission de sa hiérarchie, Abdoulaye Keita. Le vendredi matin, mon mari a quitté la maison, pour aller voir le ministre Diané. Depuis qu’il est parti, mon mari est resté injoignable, son téléphone ne passait plus. Le samedi, j’ai informé la famille de la disparition de mon époux. Ainsi, le lundi 14 octobre, nous nous sommes rendus au camp Alpha Yaya Diallo, pour avoir les nouvelles de mon mari, mais l’officier du jour, nous a refusé l’accès, il a dit qu’il n’y a plus de visite dans les unités. On est revenu désespérément à la maison, et par les réseaux sociaux, j’ai appris que mon mari a été arrêté et emprisonné », soutient Mme Camara.

De son côté, son médecin conseiller, exprime des inquiétudes quant au risque de la dégradation de son état de santé :

« Il avait subi une intervention chirurgicale, au niveau de la colonne vertébrale. Il s’agit d’une sténose médullaire. Cela veut dire qu’au niveau de sa colonne vertébrale, il y a un élément qui empêche que ses pieds soient alimentés en sang, d’une manière suffisante. Ce qui avait entraîné la paralysie de ses membres » a-t-il indiqué. Avant d’ajouter qu’«  Il doit prendre régulièrement des produits qui lui permettent de faire circuler son sang. Autrement dit, la fluidité. Malheureusement, il n’a pas pris ses médicaments depuis qu’il a été arrêté. Et le deuxième problème, il est déclaré hyper-tendu. Il ne peut pas supporter une prison », a prévenu Tidjane Barry.

Une semaine après cette arrestation présumée, la famille n’a toujours de nouvelle du Commandant Hassimiou Camara. Raison pour laquelle, son épouse tire la sonnette d’alarme afin d’interpeller les autorités et les défenseurs des droits de l’homme sur le sort réservé à cet officier supérieur de l’armée guinéenne.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.