Disponibilité des prisons : Ousmane Gaoual se trompe-t-il de régime ?

Ousmane Gaoual Diallo est un député acharné. Il ne recule point. Il veut à tous prix sauvegarder les acquis démocratiques. Quitte à envoyer tous les assoiffés de démocratie en taule.

Sauf que, pour Alpha Condé et ses affidés, ce n’est pas seulement la Maison centrale qui est désignée à cet effet. Des camps militaires où des tortionnaires sont réquisitionnés font légion. Ousmane Gaoual ne doit pas perdre de vue cet état de fait d’une autre époque.

De toutes les façons, selon le député, «Il n’y aura pas d’élections dans ce pays le 1er mars. Nous sommes formelle là-dessus. Il n’y aura pas suffisamment de prison pour enfermer tous ces Guinéens qui se mobilisent chaque jour pour dire non à cette volonté de tripatouiller la constitution et à cette élection qu’ils veulent organiser en répondant aux desiderata d’un chef de l’État. Même si c’est Cellou Dalein qui sera arrêté demain il ne faut pas compter sur l’arrêt ou l’essoufflement de ce mouvement parce que les Guinéens ont compris ce qui est derrière ces élections. »

A part donc les prisons dédiées, il y a aussi Soronkoni, ce camp de sinistre réputation, il y a également Makambo, cet autre mouroir du régime Condé. Des lieux de séquestration et de violence physique et corporelle déjà sérieusement dénoncés par des magistrats, comme Me Traoré du FNDC. 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.