Don Kass se fourvoie: « Qu’on se respecte dans notre diversité d’opinions »

« La question d’une nouvelle Constitution en tant que citoyen, je dis oui, en tant que gouvernant je dis oui. Et la démocratie c’est aussi le respect de l’opinion différente de l’autre. Mon appel aux Guinéens, ce qu’on se respecte les uns des autres dans notre diversité d’opinions. » Pour un fourvoiement, c’en est vraiment un.
En effet, Kassory Fofana veut d’une côté faire respecter des opinions divergentes, de l’autre maintenir la restriction des libertés publiques, celles de manifester opinions, alors que le RPG et les autres partisans du 3è mandat s’emparent des lieux publics pour criailler. Ces incohérences du Premier ministre en disent long sur le manque de sérénité qui caractérise le régime décadent d’Alpha Condé. Il réaffirme sa volonté d’étouffer tous mouvements contraires à la donne du régime haletant. Ni sur l’autoroute Fidel Castro, ni à Kaloum le centre des affaires.
Voici donc ce que Don Kass appelle « respect les uns des autres dans notre diversité d’opinions » : « Je dois rappeler qu’il ne s’agit pas de militariser la Guinée, il convient de rappeler que sans PA, c’est la règle, les PA c’est l’exception. Nous sommes en régime civil démocratique, il ne s’agit pas de militariser la Guinée, l’idéal n’est pas d’installer les PA sur toute l’étendue du territoire, c’est dans des poches d’insécurité comme c’était sur l’axe du désespoir et après il se dessine à l’horizon la nécessité d’installer ces PA dans les zones minières où l’irresponsabilité, mêlée à l’insécurité mettent à rude épreuve la pérennité de nos acquis dans ces zones, donc l’approche n’est pas de mettre les PA partout, l’approche, est de mettre les PA là où il y a la nécessité et de les retirer aussi rapidement que possible pour vivre notre liberté démocratique. »
Comble de l’égarement : « La Constitution garantit la libre opinion, qu’on soit d’accord ou pas d’accord sur le sujet, il faut que les Guinéens s’expliquent et c’est dans la diversité d’opinions que peut émerger la lumière et le consensus peut être trouvé. »
Un discours bien décalé par rapport aux libertés fondamentales des citoyens.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.